Altaïr volume 7 de Kotono KATO, Editions Glénat

Alors que la ville d’Acayip est sur le point d’être encerclée, Mahmud fait sortir tous les soldats pour lancer une attaque. Bien qu’ils soient 4 fois moins nombreux que leurs assaillants, il compte déstabiliser ces derniers par des manœuvres audacieuses. Et l’orgueilleux sultan Balaban va lui faciliter la tâche en répondant à sa provocation en faisant avancer le même nombre de soldats que lui. Le combat peut alors commencer…

Fin de la guerre civile et de l’épisode des 4 sultanats avec la bataille d’Acayip. Cet affrontement sanglant nous permet de profiter des talents de stratège de Mahmud Bey, même si dans l’absolu il lui était impossible de se préparer avec le temps dont il disposait et que son plan très efficace ne fonctionnait que si son adversaire l’attaquait d’une certaine manière. Mais ne minimisons pas pour autant son mérite : sa gestion de la crise fut efficace de bout en bout et la Turkïye peut désormais compter sur une base solide pour l’aider. Stratégie, diplomatie, politique, les sujets abordés sont multiples et concernent tous les aspects d’une intrigue à cette échelle. Et ce sans oublier le coût humain, ici terrible. Altaïr confirme son statut de série prenante et intelligente, gérant habilement l’action pour ne pas être trop aride.

Fabrice Docher

ALTAÏR volume 7 de Kotono KATO (2010)

Aventures/guerre, Japon, Editions Glénat, septembre 2015, 184 pages, livre broché 7.60 euros