Altaïr volume 6 de Kotono KATO, Editions Glénat

En acceptant la mission du Divan, à savoir renverser les 4 sultanats, Mahmud sait que la partie ne sera pas facile. Trouver des partenaires prêts à les aider est la 1ère étape. Avec Bayazid du Mizrak et Ayshe du Balta, la moitié est déjà trouvée mais le reste s’avère plus compliqué. D’autant que le sultan Balaban les a érigé en traitres et a placardé leurs portraits partout. Il reste aussi à savoir pourquoi les 4 sultanats veulent s’éloigner de la Türkiye, ou plutôt qu’est-ce que leur a promis l’empire du Baltrhain pour qu’ils le fassent.

Dans ce 6ème tome, le danger est présent partout et les alliances conclues fragiles. Intrigues et géopolitique sont au cœur de cette partie de l’histoire, plus lente mais tout aussi prenante. Plongée au plus du pouvoir, là où le destin des populations se jouent sur de simples paroles, elle distille des vérités parfois très dures, mais aussi réalistes, lorsqu’elles ne sont bouffies par l’ambition. Loin de se reposer sur ses bases, ce manga multiplie les situations et problèmes à résoudre, obligeant Mahmud à se surpasser. Avec son ambiance orientale très prononcée, c’est une petite bouffée d’air dans la production actuelle. A découvrir (ou à suivre).

Fabrice Docher

ALTAÏR volume 6 de Kotono KATO (2010)

Aventures/guerre, Japon, Editions Glénat, juillet 2015, 224 pages, livre broché 7.60 euros