Le Crazy Tour 2009 de Girugämesh à Paris

Pour la seconde fois, girugämesh groupe de rock/métal japonais est venu réveiller notre capitale.

Depuis fin 2008 la date avait été communiquée, et toutes les places aussitôt vendues. Le concert s’annonçait très différent de l’an passé, ne serait-ce qu’avec le changement de style musical effectué lors du dernier album en date : MUSIC qui tendait plus vers un son électro.
Il y avait deux fois plus de monde à 7h que l’an dernier à 9h, un bon nombre de couvertures sous lesquelles dormaient de vaillants inconditionnels donnaient un côté pittoresque aux abords du Moulin Rouge. La composition du public était aussi très différente, bien plus bariolé que le noir quasi uniforme de bon ton précédemment. Le taux vacillant de fans masculins faisait douter de la répétition d’un slam général du groupe.

La matinée est vite passée, bien plus froide qu’escomptée et accompagnée d’un petit vent frisquet qui faisait courir la chaire de poule sur toute surface de peau visible. Le groupe est arrivé à 11h, le personnel de sécurité de la Locomotive a fait son apparition vers 14h pour faire rentrer la foule, il n’y a eu aucune surveillance de la file d’attente. Quand on connaît leur efficacité, ce n’était finalement pas un mal.

L’attente a duré environ 45 minutes accompagnée de Linkin Park en musique de fond, puis le groupe, après avoir été fermement réclamé par de grosses voix de métaleux montrant que la base de leurs fans était toujours fidèle au poste, allant jusqu’à surprendre les nouveaux fans qui semblaient ignorer le style des précédents albums, est entré sur scène accompagné de l’intro de leur dernier album, mais cette fois en sweat-shirts plutôt que dans leurs costumes noirs habituels.

Depuis leur retour au Japon, les blogs du Myspace de girugämesh parlent de revenir en Europe, et surtout de faire davantage de dates dans plus de villes. Alors à vos claviers !

Paris, Mai 2009

Remerciements à Didier Caboche (JaME) pour ses superbes photos : http://www.jame-world.com/fr/

Pays : Japon

Julie Chatail