Interview de Janet Chow (productrice “A distant close”)

Interview de Janet Chow (productrice du court métrage de Cliff Hui, “A distant close”)
par Thierry Voissat, traductions de Laureen Kirsten

Pouvez-vous nous expliquer votre mission à l’Académie des Arts de Hong Kong, et plus particulièrement votre mission concernant ce film ?
J’essaye de remplir mon rôle de productrice. Nous organisons tout le projet et faisons le planning de tous les membres. Ils ont de grandes capacités et il faut faire en sorte qu’elles soient toutes utilisées.
Nous devons également faire face à de nombreuses difficultés dans la production, comme trouver des lieux de tournage par exemple. Nous essayons donc de travailler au mieux, de façon à ce que notre film soit le meilleur possible.

Pourquoi avez-vous choisi Cliff Hui ?
J’ai lu son livre “Sin office” et je pense qu’il est très intéressant de parler des relations d’amour et de haine entre les humains. Quand le script a été écrit, j’ai pensé que cela ferait une histoire très captivante.

Pour une femme, est-ce plutôt facile ou difficile de produire ou de réaliser un film à Hong Kong ?
Etre une productrice à Hong Kong n’est pas si facile car les hommes sont très présents dans l’industrie du cinéma, sauf dans les recherches de sponsors, où c’est plus facile si c’est une femme.

Si vous aviez le choix ou la possibilité, referiez-vous un autre film avec Cliff Hui ?
Oui, j’espère vraiment pouvoir réaliser notre prochain projet, s’il est réalisable. C’est une sorte de film indépendant, très différent des films actuels de Hong Kong.

Rêvez-vous de diriger un film un jour ?
Oui. Etre réalisateur est un rêve pour moi : exercer mon pouvoir de créativité, et faire passer un message dans un film. Il est difficile de faire cela par un autre moyen que le cinéma. Les films ont quelque chose de magique.

Pays : Divers

Thierry Voissat