Le chant du pélerin de Oh Jung-Hi

Quatre nouvelles comme des ponctuations, des instants de vie où le temps semble mis en suspens, pour peindre toute la fragilité humaine, voire sa cruauté. Par petites touches impressionnistes, le lecteur atteint le coeur des intrigues c’est à dire l’âme humaine avec ses désirs, ses sentiments de jalousie, ses émotions, ses éprouvés refoulés… L’écriture est raffinée, poétique, le style fluide, le mot juste… Tout semble pesé, sans excès…

De la littérature coréenne, peu d’oeuvre nous parvienne traduite. Mais l’écriture de Oh Jung-Hi nous a séduits et on a envie de se lancer dans la lecture de son premier ouvrage traduit et édité chez Picquier “L’âme du vent”.

Éditeur : Picquier Poche

Pays : Corée du Sud

Martine Furnion