La bombe atomique De Hiroshima à Trump de Jean-Luc Le Page.

Depuis 1945, les tensions nucléaires graves ont touché toutes les régions du monde. Toutefois l’Asie semble en être le point de mire. Dès leur apparition, les populations des deux villes japonaises Hiroshima et Nagasaki en firent les frais. Ensuite vint la Corée où il fut aussi question de s’en servir comme d’une super bombe conventionnelle. Mac Arthur pensait résoudre ainsi la crise en bombardant la Chine, rien de moins ! Non seulement, le président Eisenhower la lui refusa, mais il limogea son commandant en chef pour l’Asie, trop vindicatif. Enfin, ce fut pour dégager les troupes françaises de Diên Biên Phu que les Américains s’activèrent (mollement). La liste est encore bien fournie, la table des matières en donne le tournis.

Toutefois, c’est moins les circonstances historiques que Jean-Marc Le Page, auteur de La bombe atomique et docteur en histoire, décortique que les éléments qui s’enchaînèrent pour mener, parfois, le monde au bord du gouffre (1). Voir l’emblématique chapitre sur Cuba.

Tout au long son ouvrage, il s’applique à décortiquer et à mettre en avant les motivations des protagonistes qu’ils soient au sommet de l’État ou simple militaire. Où l’on apprend que le président Kennedy était parfaitement renseigné sur les intentions non bellicistes de Khrouchtchev par un colonel soviétique retourné par les services secrets de l’Ouest. De ce fait, il put se montrer intraitable avec l’URSS.

Dans ce livre fort bien documenté, le lecteur pourra particulièrement apprécier les chapitres 11 sur le Pays du Matin Calme et 12 sur l’Iran. Très au fait de ce qui s’y trame, il aide à mieux appréhender les blocages américains à l’encontre de ces deux pays.

Sans parler du chapitre 13 qui énumère pas moins de trente-deux Crashs et bug. Peu de citoyens américains les connaissent. Il s’agit de bombardier qui s’écrase avec une bombe atomique à bord, d’erreurs informatiques qui font croire à une attaque nucléaire, de sous-marins lanceurs d’engins qui coulent corps et âmes… Le côté russe n’est pas mieux loti, bien que cela reste « secret défense »…

Camille DOUZELET et Pierrick SAUZON

(1) Lire notre chronique https://asiexpo.fr/un-demi-siecle-au-bord-du-gouffre-atomique-de-jean-francois-bouchard-sort-chez-max-milo/ sur un sujet similaire.

La bombe atomique De Hiroshima à Trump de Jean-Luc Le Page, 320 p., 22€, éd. Passés/composés. En librairie le 22 février.