Tseu Hi, la dame dragon

En 1848, à Beijing, les temps sont durs. Autant pour l’orphelin qui peine à survivre dans la rue en faisant la manche que pour la jeune demoiselle, fille d’une riche famille qui le regarde, amusée, de sa fenêtre. Après leur premier échange de regard, leur destin est scellé. Ils avanceront ensemble guidés par leur désir de revanche sur la vie et leur désir mégalomaniaque. En grand eunuque et concubine de l’empereur, ils susciteront l’admiration et la haine mais ne cesseront jamais de progresser vers le pouvoir.

La série de bande dessinée des Reines de sang continue. Après avoir nous conté les aventures d’Aliénor, Isabelle et Frédégonde, c’est au tour de Tseu Hi de nous livrer ses secrets les plus sombres. Impératrice douairière ayant régné durant 47 ans, après la mort de l’empereur, presque jusqu’à la fin de la dynastie Qing. Basée sur des faits historiques réels, les décors nous transportent dans une Chine à la fois médiévale et somptueuse. La noirceur s’installe dès les premières cases et ne quittera le récit à aucun moment. Le sadisme et l’insensibilité de certains personnages sont impressionnants et donnent presque des frissons. Cela peut être un début d’explication du caractère des personnages principaux qui est revanchard et sans pitié. Le scénario et les dessins sont de qualité tant on imagine qu’ils retracent fidèlement le train de vie de la cour impériale mais également les complots sanglants sous-jacents. Avec leur ambition destructrice et le sexe, les deux personnages parviennent à assouvir, le temps de ce premier tome, leur besoin de grandeur, de richesse et de pouvoir.

 

Scénario : Philippe Nihoul
Dessin : Fabio Mantovani
Editeur : Delcourt
Caractéristiques : 14,95€, 56 pages

 

Florana Remy