Tom yum goong, l’honneur du dragon de Prachya Pinkaew

On ne change pas une formule qui gagne… Trois ans après le succès planétaire de Ong-Bak, l’acteur Tony Jaa et le réalisateur Prachya Pinkaew remettent le couvert pour Tom Yum Goong (titre original et accessoirement le nom d’une fameuse soupe thaïe épicée) particulièrement dévastateur. Détracteurs comme fans du précédent y trouveront leurs comptes, le concept de base n’ayant pas changé d’un pouce. N’est plus volée la tête d’une statuette sacrée, mais deux éléphanteaux qu’un jeune provincial courageux va se mettre en tête de retrouver.

Coproduction oblige, les aventures sont déplacées de Bangkok à Sidney, où Tony trouvera suffisamment de raisons pour casser de la fripouille à la chaîne. L’histoire étant structurée comme un jeu vidéo, l’acteur est opposé à des adversaires de plus en plus redoutables au fur et à mesure de sa progression. L’apogée est constituée par un plan-séquence de plusieurs minutes, qui suit l’acteur étage par étage dans un immeuble et de se débarrasser de dizaines d’opposants tentant de lui barrer le passage. Véritable morceau de bravoure technique, tout le mérite revient à Tony Jaa surpassant ses prouesses – pourtant déjà impressionnantes – de son précédent film. En dehors des nombreuses scènes de combat, le film n’a vraiment pas grand-chose pour soi : un scénario simpliste, des acteurs tout sauf shakespeariens et une réalisation peu inspirée auraient assuré le parfait nanar en l’absence de la superstar. Heureusement Tony Jaa confirme son immense talent, à défaut de pouvoir recréer la surprise de son premier long métrage.

Éditeur : TF1 Video

Pays : Thaïlande

Bastian Meiresonne