THE LEGEND OF ZELDA – TWILIGHT PRINCESS (Zelda no Densetsu – Twilight Princess) volume 1 de Akira HIMEKAWA

La saga Zelda s’étoffe d’une nouvelle adaptation manga, toujours signé par le tandem d’autrices japonaises Akira Himekawa. En parallèle de la réédition des précédentes histoires déjà parues en France au format cartonné, les éditions Soleil nous proposent une nouvelle histoire en retournant vers le format standard : The Legend of Zelda – Twilight Princess.

Initialement développé pour la console Game Cube, Twilight Princess est sorti dans le monde à la toute fin de l’année 2006. Bien que sorti sur la console cubique de Nintendo comme annoncé, le treizième volume de la saga Zelda fut avant tout l’un des titres au lancement de la nouvelle console de l’éditeur, la Wii. Un ambassadeur de poids pour la jeune console, comme le sera Breath of the Wild pour la Switch, 10 ans plus tard, et qui habitua les joueurs à un gameplay basé en partie sur la détection de mouvement (sans atteindre la subtilité du futur Skyward Sword sur ce point). Quatrième jeu de la série dans un univers 3D, Twilight Princess signa également le retour à un graphisme plus réaliste (qui avait été abandonné avec le cartoonesque, mais non moins excellent Wind Waker sur GC) et à un héros adulte, comme dans Ocarina of Time. Mais surtout, Twilight Princess reste l’opus le plus sombre de la saga, dans une ambiance crépusculaire envahissant jusqu’à son titre.

L’adaptation manga du jeu signe le retour du tandem Akira Himekawa, après sept ans d’absence. Les  mangakas confient en préface qu’une première mouture promotionnelle avait été réalisée lors de la sortie du jeu, mais fut finalement annulée. Il aura donc fallu attendre 2016 pour que cette nouvelle version aboutisse ! En outre, les précédentes adaptations produites par le duo n’ont jamais dépassé le statut de one-shot, voire de deux volumes. Elles ne proposaient alors qu’un passage en revue très évasif de l’aventure offerte au joueur, en éludant les phases d’exploration et de donjons pour arriver au plus vite à l’affrontement final. Ici, il n’en est rien : Twilight Princess version manga semble être conçu comme une aventure au long cours, encore en publication au Japon à l’heure actuelle.

Ainsi, ce premier tome s’écarte très largement de la narration du jeu, non plus pour précipiter les péripéties, mais au contraire pour délayer l’intrigue. Et ce malgré une introduction qui dévoile très rapidement des éléments importants de l’intrigue, là où le joueur de l’époque, plongé dans l’inconnu,  ne découvrait ces révélations que très tardivement. Ainsi, l’histoire commence par nous présenter le monde du crépuscule et ses habitants, dont la princesse Midona et le seigneur Xanto, renversant le pouvoir en place pour étendre sa domination. Après ce prélude, nous rencontrons Link, notre héros, qui n’est encore qu’un jeune habitant du village Toal.

Rappelant la phase de tutoriel du jeu, cette première partie nous fait ainsi partir à la rencontre des paisibles habitants du village, Moï, le mentor de Link, et sa joyeuse famille, l’élevage de chèvres et l’équitation, les parties de pêche avec les enfants, sans oublier la douce Iria, amie d’enfance de Link.  D’habitude muet et sans personnalité dans les jeux, afin de faciliter l’immersion du joueur, notre héros est ici bien bavard et volontaire. On découvrira peu à peu qu’il n’est pas vraiment originaire du village, et qu’il porte en lui de lourds souvenirs. Mais dans l’ombre, la menace gronde autour du village, comme une malédiction qui semble rattraper le jeune homme…

Il faudra attendre la fin du volume pour que l’action débute enfin, avec des premières passes d’armes entre Link et une armée de monstres sortis de terre. Mais les cases surchargées de détails pâtiront souvent à la lisibilité de l’action. La mythologie propre à ce volet surviendra quant à elle dans les toutes dernières pages du tome, sonnant comme une très longue introduction à cette aventure épique…

Plus fouillé, plus vivant, cette nouvelle adaptation de la saga Zelda se démarque largement des précédentes en terme d’ambition. L’univers propre au jeu y est exploré bien plus profondément, quitte à dévoiler des faits inédits, ou qui avaient échappés à l’attention du joueur. Toutefois, à force de délayer l’intrigue, Akira Himekawa risque de tomber dans l’excès inverse et de dénaturer l’intensité de l’action. Le deuxième volume promet cependant de corriger le tir, via la rencontre principale que les fans attendent….

Alain Broutta

THE LEGEND OF ZELDA – TWILIGHT PRINCESS (Zelda no Densetsu – Twilight Princess) volume 1 de Akira HIMEKAWA (2016)

Aventure/Action, Japon, Soleil – J-Vidéo, janvier 2017, 192 pages, livre broché 7,99€