Sympathy for Mr. Vengeance de Park Chan-Wook

Ryu, sourd-muet, a besoin d’argent pour payer la greffe de rein qui sauvera sa sœur. Après s’être fait arnaquer par des trafiquants d’organes (qui repartent avec un de ses reins à lui mais sans lui verser l’argent) Ryu et sa petite amie passent la vitesse supérieure. Ils kidnappent la fille d’un grand industriel, décidés à ce que l’enlèvement se déroule le plus gentiment possible. Jusqu’à un événement imprévu qui fait tout basculer dans l’horreur. Park Dong-Jin, le père de la fillette, entame alors une traque sans merci.

Sympathy for Mr.Vengeance est un film limite, un film de l’extrême. Et c’est cette position délicate qui fait de l’avant-dernier film de Park Chan-Wook (qui a présenté Old Boy à Cannes cette année) un chef d’œuvre. Oui, la violence y est difficilement supportable. Oui, le cinéaste dépeint sans ambages une société malade. Si vous n’aviez pas franchi le pas lors de sa sortie en salles (à noter qu’il avait fait la clôture du 8e Festival Cinémas et Cultures d’Asie) ou que vous ayez envie d’y revenir, le dvd vous attend, et le cd de suppléments vous aidera à prendre de la distance.

Sympathy for Mr. Vengeance, loin de toute complaisance laisse au spectateur un douloureux goût d’amertume et d’impuissance et un sentiment de confusion totale, tant il est difficile de ne pas s’identifier à la fois aux deux points de vue. En alternant sans cesse entre le chemin du père et le parti de Ryu et de sa petite amie, Park Chan-Wook piège le spectateur dans cette spirale de violence que traversent les personnages. Sympathy for Mr.Vengeance est un film assourdissant, loin des films d’action utilisant la violence comme effet visuel. Il s’agit d’un film assourdissant de silence et de calme qui laisse le spectateur au bord de l’implosion.

Éditeur : HK Video

Pays : Divers

Raphaëlle Lavielle