SILENCER volume 3 de Sho FUMIMURA et Yuka NAGATE

  Katsuragi est réveillée en sursaut par Kanzaki : on vient de trouver Fukushi de la Sécurité Publique, qui voulait la « vendre » à la Corée du Nord, assassiné. Il est retrouvé avec un autre cadavre, un homme venant de Russie. Renseigné par le commissaire Mizusawa, elle se met sur la piste d’un 2ème russe, en fait des espions, qui sont à la recherche d’oligarques, qui ont fuis leur pays. Elle est orientée vers l’entreprise Kawade, qui en aurait accueilli un. De son côté, Iba, déjà échaudé par la mort de Fukushi, se sent encore plus en danger avec la libération du boss du clan Kawade, qu’il a trahi dans le passé. Or ce dernier a disparu à peine sorti de prison. En partant à sa recherche, l’inspecteur corrompu tombe sur le « nouveau » boss, une jeune femme qui semble liée à Katsuragi. Sur la piste de l’oligarque, cette dernière découvre d’ailleurs le nom de leur adversaire avec un message qu’elle lui a adressée personnellement. Son passé ressurgit alors d’un seul coup…

  La totalité de ce 3ème volume de Silencer est dédiée à une seule enquête, dont le dénouement finit sur des révélations d’importances. Nous connaissons enfin le passé de Katsuragi, que nous n’imaginions pas si spécial. Vu son caractère jusqu’à ce qu’elle s’ouvre à Mizusawa, son père adoptif (celui qui l’a recueilli après son retour de Corée du Nord) a dû vivre des moments difficiles. Dans tous les cas, il explique son comportement et ses manières expéditives. Après ces révélations, sa relation avec Iba est encore plus explosive mais nous pouvons dire qu’ils ont une sorte de respect l’un envers l’autre, même si celui-ci n’a pas la forme habituelle. Au milieu de tous leurs collègues, ces deux-là sont clairement à part, même si le commissaire Mizusawa semble caché son lot de mystères. Ce 3ème tome est dans la lignée des précédents, entre action, coups bas, yakuzas et justice expéditive. Il est facile de s’attacher aux personnages à cause de leur caractère ou de leur défaut, tandis que le scénario nous tient habillement en haleine, même si les ficelles sont parfois un peu grosses. Rien d’extraordinaire mais l’ensemble fait bien son travail de divertissement, aidé en cela par une bonne réalisation globale. Pour les amateurs de polars qui flirtent avec les limites.

Fabrice Docher

SILENCER volume 3 de Sho FUMIMURA et Yuka NAGATE (2013)

Policier / thriller, Japon, Komikku éditions, septembre 2018, 190 pages, livre broché 8.50 euros