Petites Coupures à Shioguni de Florent Chavouet

Kenji cuistot du Kushi-ichi – Brochettes et Grillades – se retrouve mêlé à une sombre affaire de yakusa, d’argent et de vol… C’est du moins ce qui est d’abord présenté à l’autorité du commissaire. Au fur et à mesure de l’enquête, les événements de cette nuit du 26 octobre semblent plus compliqués et… plus légers ! Aux agents de ce koban de déterminer qui est la victime de l’agresseur dans cette affaire où tout s’embrouille aux rythmes des témoins et des preuves.

« Kenji avait emprunté de l’argent à des gens qui n’étaient pas une banque pour ouvrir un restaurant qui n’avait pas de clients. Forcément, quand les prêteurs sont revenus, c’était pas pour goûter les plats. »

Pour ce troisième ouvrage Florent Chavouet nous dépayse un tantinet… pour notre plus grand plaisir ! Bd policière et drôle, Petites coupures à Shioguni est d’abord un bel objet. Le coup de crayon reconnaissable de l’auteur se plie à l’exercice de la fiction, dans un cadre plus sombre qu’à son accoutumée. Mais on retrouve de suite la lucidité amusée de l’observateur, le sens du détail hérité du carnet de voyage, le tout enrichi d’une palette de sentiments plus libre grâce aux personnages plus nombreux, aux situations parfois incongrues et aux discussions très visuelles.

On aime surtout : Le style roman graphique, sans bulles et plus intimiste. L’aspect carnet de note du commissaire et l’intégration des dialogues dans les dessins !

Éditeur : Philippe Picquier

Pays : France/Japon

Julie S.