MAÏMAÏ d’Aki SHIMAZAKI

  Sourd et muet de naissance, le jeune Tarô a une vie bien remplie. Il la partage entre sa carrière d’artiste peintre naissante, son travail de mannequin et sa petite amie, elle aussi mannequin. Encore indécis sur la vision de son avenir, tout est bouleversé par la mort subite de sa mère. Alors qu’il en gère les conséquences avec sa grand-mère maternelle, le seul parent qui lui reste, il découvre des facettes de sa génitrice qu’il ignorait. Au travers des souvenirs qu’elle a laissé et des personnes qui viennent lui présenter leurs condoléances, il devine en effet un passé qui semble bien mystérieux. Un jour une jeune femme, Hanako, se présente à la librairie de sa défunte mère. Ayant appris le décès de cette dernière, elle est venue le rencontrer. Tout de suite Tarô sent attiré par elle et cela semble mutuel…

  Dans ce roman, Aki Shimazaki se tourne vers les mystères du passé. Le personnage principal va devoir reconstruire l’histoire de sa mère, dont il ne sait finalement pas grand-chose. Au fur et à mesure de ses rencontres, notamment Hanako, de ce qu’elle cachait, de ses fardeaux qu’elle portait de ses espoirs en la vie. Bien loin de la vie tranquille qu’elle semblait mener, elle cachait des blessures insoupçonnées. Le récit se construit petit à petit, au fil des révélations ; celles-ci font apparaitre un personnage loin des stéréotypes que l’on pourrait lui affecter.

  En effet, malgré ses handicaps, toute l’histoire est faite comme si on n’en tenait pas compte. Les personnes interagissent normalement avec lui que ce soit sa grand-mère ou les visiteurs. Il arrive aussi à gérer sa vie de telle manière que tout le monde autour de lui fait comme ses handicaps n’existaient pas. Difficile de mettre en scène le langage des signes par écrit ; mais la fluidité du récit nous signale que tout se passe sans accroche. Tout reste concentré sur la découverte du passé de la mère du protagoniste.

  Ecriture fluide, ambiance douce, toute l’histoire est agréable à lire. Nous sommes portés par un récit plein de surprise mais sans à-coup, juste un final assez inattendu. L’auteur se concentre sur les sentiments, sur les faits qui ont contribué à la situation actuelle, sans être trop sensible ni mièvre. Il n’y a qu’à voir la détermination du héros, la force tranquille de la grand-mère la détermination d’Hanako. Cela tend à rendre la lecture plaisante, pour notre plus grand bonheur.

Fabrice Docher

MAÏMAÏ d’Aki SHIMAZAKI (2018)

Drame / tranches de vie, Japon/Canada, Leméac/Actes Sud, avril 2019, 176 pages, livre broché 15 euros