LA FLEUR DE L’ILLUSION de Keigo HIGASHINO

  Alors qu’elle était une très bonne nageuse, Lino a arrêté les compétitions et s’oriente vers une vie plus « normale ». Un jour, elle apprend que son cousin Naoto, un jeune musicien prometteur, s’est suicidé sans raison. Rien ne peut expliquer ce geste et Lino devient très déprimée. Elle se met alors à revoir plus souvent son grand-père, un biologiste à la retraite. Elle l’aide aussi dans sa passion, les fleurs, en créant un blog où elle présente toute sa collection, à part une fleur jaune dont il lui interdit de parler. Mais un jour il est retrouvé mort et la fameuse fleur a disparu de chez lui. Ces deux évènements seraient-ils liés ?

  Après un prologue assez déroutant et un souvenir d’enfance, l’histoire commence tranquillement. L’intrigue en elle-même met du temps à se mettre en place mais cela reste logique. En effet le personnage principal est une simple jeune fille ; de plus le fait que la mort de son grand-père soit considérée comme un crime n’est pas immédiat. Et comme c’est Lino elle-même, avec un peu d’aide, qui mène « l’enquête », cela avance à son rythme et avec ses moyens. Cela permet à l’auteur prendre le temps de poser ses personnages, de nous les présenter. Ce qui ne l’empêchera pas de les emmener vers une conclusion inattendue.

   Facile à lire et ayant un bon rythme, ce roman se révèle plaisant à suivre. Avec ses doutes et ses questionnements, le personnage principal est proche de nous ; cela rend son aventure d’autant plus « réaliste ». A travers cette enquête, Keigo Higashino parle des secrets d’état et de la dissimulation d’informations. Les demandes de réponse des proches ont-elles moins de valeur que des vérités qui doivent rester cachées ? L’auteur tente de nous donner une réponse par le biais d’une jeune fille qui souhaite juste comprendre…

Fabrice Docher

LA FLEUR DE L’ILLUSION (MUGENHANA) de Keigo HIGASHINO (2013)

Policier / aventure, Japon, Actes Sud, octobre 2016, 350 pages, livre broché 20.50 euros