L’infirmière de Koji Fukada sort le 5 août au cinéma.

On avait apprécié le goût de l’ellipse et du mystère dans Harmonium, l’opus précédent du cinéaste japonais Koji Fukada. Il revient avec un portrait bicéphal d’une infirmière à domicile tout aussi mystérieuse. On retrouve la même actrice dans les deux films : Mariko Tsutsui.

Ichiko, la fameuse infirmière, est unanimement reconnue dans son travail, par ses proches et vit tranquillement, normalement. Jusqu’au jour, où son neveu commet l’irréparable. Sa vie bascule alors et elle perd tout : son statut social, familial et même son identité et sa raison. Vient alors le temps de la revanche…

Mais Koji Fukada ne choisit pas la linéarité pour raconter cette chronologie des événements. Il préfère l’intrication de 2 temporalités qui laisse même penser qu’il pourrait s’agir de 2 personnages différents. Tant ils sont opposés. Le 1er subit l’action, en est même victime. Le 2ème calcule et manipule. Et le tout fonctionne à merveille grâce à un jeu tout en nuances et pertinence de Mariko Tsutsui. Il n’est qu’à observer l’affiche qui laisse transparaître cette dualité. Grâce aussi à tout une série de raccords fluides et efficaces d’une temporalité à l’autre. Et enfin grâce à des scènes en miroir telles celles du zoo, à la fois révélatrices et totalement ambiguës.

C’est dans cette série de subtilités que se trouve l’essence du cinéma de Koji Fukada. Il ne cherche jamais à expliquer, encore moins à juger. Ce qui l’intéresse, au contraire, c’est la complexité des rapports humains, leur ambiguïté et au final, la solitude de chacun. En effet, l’absurdité vient du fait que l’on n’est jamais sûr de ce que ressent l’autre. Il touche là, à l’universalité des comportements et, ainsi, à leur intemporalité. « Il s’agit de ma façon de voir le monde et de montrer le monde que je vois.» dit-il modestement. Au contraire de cinéastes qu’il admire comme Ken Loach et Hirokazu Kore-Eda qui, eux, sont « dans le commentaire social à chaud sur une époque où un environnement spécifique ». A chacun son style !

Un excellent thriller social et psychologique ou comment une vie peut basculer !

Camille DOUZELET et Pierrick SAUZON

L’infirmière, Écrit et Réalisé par Koji Fukada, (Ichiko) : Mariko Tsutsui, (Motoko) : Mikako Ichikawa, (Kazumichi) : Sosuke Ikematsu. Durée : 1h51 Min / Couleur / 2019 / Nationalité : Japon, France. En Salle Le 5 Août.

photogramme