Le dernier empereur de Bernardo Bertolucci

Le “Dernier Empereur” relate le destin tragique de Pu Yi, le dernier empereur de Chine, à deux étapes de sa vie, sous forme de flash-back. D’une part, de son sacre à l’âge de deux ans, et au pouvoir très rapidement circonscrit à la Cité Interdite, jusqu’à son arrestation à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. D’autre part, de son emprisonnement jusqu’à sa vie de simple jardinier. De ce désormais grand classique, qui ne se souvient pas de cette image du petit Pu Yi, 2 ans, vénéré sur son trône, caché dans un superbe costume, le regard inquiet mais avec le sourire malicieux de l’enfance ?
Le film manque un peu de densité, les seconds rôles sont un peu légers, mais l’humilité qui gagne le personnage (grâce au communisme ?) et son aveuglement face aux manipulations des japonais finissent par toucher le spectateur.

On retiendra surtout de ce film l’incroyable beauté des images grâce à un soin extrême porté aux décors et aux costumes et la superbe musique de Ryuichi Sakamoto. On regrettera néanmoins que Bernardo Bertolucci se soit laissé tenter par la superproduction hollywoodienne. Même si David Lean n’aurait pas fait mieux.
Côté bonus DVD, on est gâté : Pékin et la Cité Interdite (50 mn), Bertolucci, le voyageur italien (50 mn, un peu daté), une interview de Ryuichi Sakamoto et de Dai Sijie (auteur-réalisateur de Balzac et la petite tailleuse chinoise), les films-annonces et quelques filmographies.

Éditeur : Opening

Pays : Divers

Jérôme Raidelet