La saison des pluies, récit et dessin de Keum Suk Gendry-Kim.

Après L’attente (1), voici le nouveau roman graphique de Keum Suk Gendry-Kim. Le titre français, assez poétique, est plus évasif, moins direct que le coréen : Chiens. Elle y raconte en effet le destin de plusieurs cabots gravitant autour du couple que forment Yuna quadragénaire et son mari Hoon. Ce dernier, inconsolable de la perte de sa grand-mère qui l’a élevé, ramène un jour une petite boule de poils roux. C’est le début d’une longue histoire d’amour avec Carotte. Viendront ensuite Chouquette, Patate, Kami, Elvis et consorts.

Chaque chapitre apporte sa pierre sociologique aux rapports qu’entretiennent les Coréens avec les chiens. En effet, ils sont si contrastés qu’il fallait bien un roman graphique pour comprendre que la tradition, plutôt rurale, a du mal à s’adapter aux modes de l’époque contemporaine plutôt citadines. Plusieurs petites touches font allusion à cette tradition selon laquelle la viande de chien est roborative. Et la saison des pluies, le chapitre éponyme évoque clairement la filière avec le ramasseur qui passe en camion. À l’autre bout, l’autrice montre à quel point le chien est le plus fidèle compagnon de l’homme .

L’album est attachant lorsqu’il montre le couple s’occupant de ses chiens comme il le ferait d’un enfant. Il n’hésite pas à quitter Séoul pour aller vivre à la campagne et donner ainsi plus d’espace à sa « progéniture ». Aussi quand on comprend que la chienne Elvis a parcouru des km pour retrouver son ancienne maîtresse au risque de sa vie.

Graphiquement, Keum Suk Gendry-Kim adopte des styles différents qui permettent de repérer très facilement les différentes temporalités par exemple. Ainsi ce souvenir d’enfance où elle a compris ce qu’était devenu un « chien de merde »… Peint au lavis, comme dilué par la pluie qui ne cessait de tomber ce jour-là. Le reste est plutôt au trait noir. Prouesse graphique : elle réussit à donner à chacun des 6 chiens dont elle raconte l’histoire sa physionomie et sa personnalité propres. Pour cela elle n’hésite pas à faire éclater les vignettes. Notamment lors des jeux de Carotte avec un os ou de simples chaussons même pas propres !

L’album est chaleureux, certainement très sincère puisque l’autrice s’inspire de sa propre expérience et il fait comprendre les différentes mentalités coréennes. Quant à les faire évoluer, l’avenir le dira après les élections présidentielles qui viennent d’avoir lieu.

Camille DOUZELET et Pierrick SAUZON

(1) Lire notre chronique https://asiexpo.fr/lattente-une-famille-coreenne-brisee-par-la-partition-du-pays-recit-et-dessin-de-keum-suk-gendry-kim/

La saison des pluies, récit et dessin de Keum Suk Gendry-Kim, 240 p. En noir et blanc, 20 X 27,2 cm, 26€, éd. Futuropolis. En librairie le 13 avril.

Voir la bande-annonce : https://youtu.be/XfQY2btswnw?t=39