La peinture chinoise est rééditée chez Hazan.

Loin de l’agressivité latente de la Chine actuelle, le livre d’Emmanuelle Lesbre et Liu Jiannlong nous plonge sur près de 2500 ans dans une contemplation méditative du meilleur de la peinture de ce pays hermétique et pourtant fascinant. Tour de force de leur part, l’ouvrage contient 80 % d’œuvres jamais vues en Occident.

Afin de rendre la lecture plus aisée de cette somme somptueuse, les auteurs se sont écartés de la classification traditionnelle (historique et chronologique) pour une approche thématique et culturelle. Comme on pouvait s’y attendre, les œuvres des Lettrés resplendissent en bonne place. Toutefois, elles ne représentent qu’un dixième des thèmes abordés. La figure humaine se taille la part du lion (bien souvent négligée ailleurs), avec trois chapitres. On retrouve également les sujets animaliers et les floraux. La religion se trouve placée au centre de l’ensemble. Les mœurs côtoient la peinture narrative et littéraire sans oublier les paysages. On a ainsi un panorama complet.

Tous les genres et les styles sont répertoriés, avec un grand nombre de reproductions qui permettent d’en apprécier toutes les caractéristiques. La plupart sont reproduites dans leur intégralité pour en capter la quintessence. Cela donne une magnifique vue d’ensemble de la création picturale chinoise.

On se plonge aussi avec délectation dans les textes érudits de chaque chapitre, particulièrement édifiants. Ils permettent aux passionnés comme au néophyte d’appréhender toute la portée de ces chefs-d’œuvre multimillénaires.

Il se présente comme un bel objet avec reliure à lacets et impression en doubles pages non séparées. C’est aussi une véritable somme qui renouvelle notre regard sur cette peinture qui parcourt 2000 ans.

Une réussite compète ! Un très beau cadeau de Noël !

Camille DOUZELET et Pierrick SAUZON

La peinture chinoise d’Emmanuelle Lesbre et Liu Jiannlong, préface de Caroline Gyss, format 243X285 mm, 480 p., 39,95€, éd. Hazan.