Le jardin japonais de Sophie Walker paraît chez Phaidon.

L’architecte Tadao Ando définit le jardin japonais comme « une sensibilité exceptionnelle envers la nature » au contraire de la conception occidentale qui voit le jardin comme son contrôle absolu. Sophie Walker, paysagiste anglaise, l’a convié avec d’autres artistes comme Lee Ufan, Tatsuo Miyajima ou Anish Kapoor à réfléchir à cette notion du jardin japonais vieux de plus de 1500 ans. Cela donne lieu à de nombreux essais où chacun apporte un éclairage personnel sur cette forme intemporelle du jardin. L’auteure dissèque la notion à travers dix chapitres thématiques au titre évocateur : « La voie, le corps et l’esprit », « Caché, suggéré et imaginé », « La mort, le thé et le jardin » … Autant de réflexions très pertinentes sur les caractéristiques mais aussi sur la philosophie de ce jardin japonais. Le tout est magnifiquement illustré de photographies à l’esthétique étrangement surannée par le choix de tirages mats. Pas moins de 90 jardins s’offrent à nos yeux. Chacun est mis en lumière par un texte court présentant le contexte historique de sa conception et ses caractéristiques. On parcourt ainsi une évolution qui part des sanctuaires shinto tels que le Tôin Teien à Nara au VIIIè siècle, jusqu’aux réalisations zen contemporaines telles le Teshima Yokoo House datant de 2013 et inspiré du tableau de l’Ile des morts d’Arnold Böcklin, en passant par les domaines impériaux comme le Byôdô-in à Kyoto de 1053.

L’esthétique du livre est à la fois simple et cossue, recouvert d’un tissu vert seulement orné du cercle bouddhique… rose. On retrouve ainsi dans l’ouvrage même la symbolique du carré (le moi) et du rond (l’éveil spirituel sans limites) tel qu’elle apparait souvent dans la conception du jardin zen comme on le voit dans le Funda-in ou le Genkô-an tous deux à Kyoto. Les photographies rendent magnifiquement compte du passage des saisons, élément essentiel des jardins japonais. Certains sont ouverts sur la nature, d’autres fermés par des murs ascétiques qui nous invitent à déambuler dans leur paysage abstrait d’éléments végétaux et minéraux qui nous mène au cosmique. Les textes de Sophie Walker sont érudits mais très accessibles et nous donnent les clés de cet esprit asiatique qui préside au jardin zen.

Un ouvrage exceptionnel sur le sujet et un très bel objet à offrir ! C’est de saison…

Camille DOUZELET

Le​ ​Jardin​ ​Japonais,​ ​Sophie​ ​Walker,​ ​Phaidon,​ ​2​​ novembre​ ​2017, relié​ ​65€, 350​ ​illustrations​ ​couleur, 304​ ​pages, 270​ ​x​ ​205​ ​mm, ISBN:​ ​978​ ​0​ ​7148​ ​7499​ ​9.

« Les jardins japonais présentent un monde dépourvu d’êtres humains. Leur principe directeur n’est pas l’anthropocentrisme mais l’harmonie qui les unit à la providence de l’univers ». Lee Ufan, essai.