GANTZ:G volume 2 de Hiroya OKU et Keita IIZUKA

Suite au voyage scolaire qui a tourné au drame, les cinq seules survivantes de leur première manche de Gantz retournent à leur vie ordinaire… ou presque. En effet, chaque soir, elles retrouvent les deux  étudiants, Abiko et Fujimoto. Ces deux experts du jeu ont décidé de les soumettre à un entraînement drastique, en combinaison, afin de survivre aux prochaines parties et d’atteindre les cent points, synonyme de leur libération. A l’exception de Kei Kurona, qui se bat pour ressusciter son meilleur ami, Naiki.

Ce second volume de Gantz G est donc davantage centré sur le quotidien de nos cinq protagonistes féminines, dans leur vie de lycéenne le jour et dans leur entraînement la nuit. Comme le premier tome le laissait pressentir, chacune d’entre elle est quelque peu enfermée dans un archétype bien connu. Kei est l’héroîne volontaire et mignonne ; Yoshiko son amie studieuse, mais timide et froussarde ; Kimiko est la mannequin sportive et battante ; Ai est une idol qui ne pense qu’à sa popularité ; et enfin Meiko est la blonde taciturne, dans une relation conflictuelle avec son père. Ainsi, chacun tirera parti différemment des capacités de la tenue et des armes offertes aux Gantzers. Et, bien entendu, des oppositions ne tarderont pas à naître entre ces caractères très différents. Il sera cependant bien difficile de s’attacher à elles. Même Kei pourra agacer certains lecteurs dans sa présentation digne d’une Mary Sue.

Pour autant, il s’agira de voir ce que toute ces divergences et cette complémentarité donnera une fois sur le terrain. Une nouvelle partie débute en fin de tome, avec une mort importante dès les toutes premières secondes… Il ne reste cependant qu’un volume pour offrir à ce spin-off de Gantz une conclusion intéressante, ce qui ne semble pas franchement gagné en l’état actuel des choses.

Alain Broutta

GANTZ:G (—) volume 2 de Hiroya OKU et Keita IIZUKA (2015)

Action/Suspense, Japon, Delcourt/Tonkam – Young, novembre 2017, 208 pages, livre broché 9,35€