GANTZ – PERFECT EDITION volume 2 de Hiroya OKU

Après avoir survécu à leur première nuit dans le jeu Gantz, nos héros se surprennent à revenir dans une vie ordinaire. Keï Kurono, notamment, reprend sa vie de lycéen, et redevient la cible de racketteurs. Mais il dispose à présent de la combinaison récupérée dans le jeu, pouvant décupler ses forces. Son quotidien serait-il sur le point de changer ? Cela semble se confirmer lorsqu’il retrouve devant chez lui la belle Keï Kurono. Celle-ci n’a plus d’endroit où rentrer, et lui demande… de l’adopter ! Hélas, ces moments heureux seront de courte durée, car les voilà de nouveaux emportés dans le jeu, pour une nouvelle partie meurtrière….

Après une introduction qui permet d’étoffer le caractère des trois protagonistes et leurs relations, ce deuxième volume plonge rapidement dans l’action. Si l’on retrouve les quatre survivants du combat contre l’homme-poireau, on découvrira également de nouveaux venus, soit autant de futures victimes de ce jeu macabre : un couple d’adolescents victime d’un accident de moto, des caïds, mais aussi une mamie, un enfant et… un chien. Bref, un casting hétéroclite, qui passera par la sempiternelle explication des règles et période d’incompréhension, avant de rentrer dans le vif du sujet. La cible du soir : Le martien Tanaka.

Diverses stratégies naissent au milieu de ces caractères très différents. On notera en particulier l’opposition entre Nishi et Kato. Le premier, spécialiste du jeu, combat pour la gagne et n’a que faire de ses alliés, au point même d’en tuer un avant même le début de la partie. Kato est quant à lui toujours aussi altruiste, quitte à prendre des risques inconsidérés pour sauver ses alliés, même les plus égoïstes. Kei Kurono, quant à lui, a une position médiane entre ces deux extrêmes : égoïste de prime abord, mais résolu à survivre et à se battre avec les autres. De même, cette seconde mission nous présente un aspect qui deviendra récurrent dans la série : n’importe qui peut mourir à tout moment, même dans le casting principal. De quoi renforcer la tension narrative et rendre les affrontements imprévisibles, ce qui s’inscrit parfaitement dans l’ambiance sombre de la série. Les ennemis du jour ne sont pas en reste, avec un design aussi ridicule que menaçant, et font naître un sentiment d’impuissance pour nos héros. Sauront-ils se sortir malgré tout de cette situation désespérée ?

Alain Broutta

GANTZ – PERFECT EDITION (—) volume 2 de Hiroya OKU (2000)

Action/Suspense, Japon, Delcourt-Tonkam Young, aout 2017, 440 pages, livre broché 15.00 euros