Festival Cartoonist à Toulon

Du 21 au 23 avril dernier se tenait le festival Cartoonist au Palais des Congrès de Toulon. Cette manifestation suit le modèle des conventions japonaises qui mettent en avant la création des fans : le “fanart”. Tout le monde pouvait exprimer sa passion pour le manga à sa manière, suivant ses propres talents. Le dessin, bien sûr, avec des fanzines venus de la France entière, mais aussi, la couture avec le concours de cosplay où le fan se déguise en ses héros, la vidéo avec le sentaï, films amateurs parodiques, ou encore le chant avec le concours de karaoké. Le reste de la convention est tourné autour de trois axes :
– les conférences et autres dédicaces des invités de marque avec Bernard Déries (Ulysse 31), M. Bianchi (Inspecteur Gadget), René Borg (Watoo Watoo, Oum le dauphin, les Shadoks), Jean Barbaud (Il était une fois…), M. Kawamoto (Cowboy Bebop, Golden Boy), Mmes Tachibana, Sanazaki et Hanabusa.
– les vidéo projections de tout ce qui est sorti cette année en manga.
– les stands de tous les magasins français spécialisés.

Le festival Cartoonist est donc réservé aux vrais amateurs de manga, ceux qui sont près à faire des centaines de kilomètres pour trouver un artbook un peu rare. Le cosplay et le sentaï supposent par ailleurs de bien connaître les séries évoquées et de bien les aimer pour prendre plaisir à les voir détournées. Cartoonist prend toute sa dimension pour les inconditionnels seuls. D’ailleurs l’autre grand intérêt de Cartoonist est d’être un espace de rencontre formidable pour ceux qui désirent partager leur passion. Je me souviens de cette image étonnante d’une salle de conférence pleine à craquer où tout le monde lisait son manga en attendant la prochaine projection de sentaï. On aime ou on n’aime pas.

Si Cartoonist peut s’imposer aujourd’hui comme la plus grande convention européenne, plusieurs points sont néanmoins critiquables. Tout d’abord les défauts d’organisation avec un programme tellement remanié qu’on ne pouvait plus compter que sur son instinct pour savoir où aller (notamment suivre les gars déguisés en Pokemon, une technique infaillible). Mais bon, Asiexpo ne peut pas trop donner de leçons de moral là-dessus car on connaît trop bien ces difficultés. Les projections étaient de plus très pauvres en inédits ou raretés avec seulement la projection de Stormriders (qu’Asiexpo avait passé l’année dernière…) et de Manie-Manie dans une version originale non sous-titrée et donc difficilement compréhensible.
Enfin on peut regretter la trop grande part donnée aux magasins qui étaient tellement présents qu’on se serait cru à Disneyland.

Pour conclure, le festival Cartoonist prend de la maturité et est aujourd’hui le rendez-vous incontournable des otakus français. Il y a du monde, l’ambiance est vraiment chaleureuse et le cadre agréable. Le week-end a été sympathique et je ne peux que conseiller d’y aller. Le trajet depuis Lyon est un peu long mais quand on aime, on ne compte pas…

PS : des photos du festival sur le site internet d’Asiexpo, rubrique reportage.
http://www.multimania.com/asiexpo

Pays : France

Simon Serverin