Atomsk, révélation musicale du 1er Lyon JMusic Festival

Poursuivons notre série d’entretiens réalisés à l’occasion du 1er LYON J-MUSIC FESTIVAL (31 mai 2008, CCO de Villeurbanne) avec une vraie révélation musicale : le groupe ATOMSK. La délicieuse Ambre au violon, Tsurai à la basse, Oscar le jazzman au piano, Meiji au chant, Silk à la guitare, et Kernel à la batterie. Et Spiro qui leur prête renfort au jeu de scène. Le public, dérouté dans un premier temps, par la couleur musicale et l’ambiance visuelle, s’installe ensuite confortablement et profite du spectacle, baigné d’une aura magique et reposante.

Au vu de la variété des instruments que vous jouez, n’est-ce pas difficile d’intégrer à chaque fois un violon, un piano… ?
Oscar (O) : Non, au contraire, cela donne une couleur à notre univers, et cela nous guide pour composer.
T : On a plus d’ouvertures avec un tel line-up.
M : C’est plus enrichissant que contraignant.
K : Avec un tel panel d’instruments, on se permet des libertés auxquelles les groupes avec seulement guitare basse batterie n’ont pas accès.
M : Sans avoir à utiliser de samples ou de bandes.
K : On évite la redondance, la redite. Il y a des groupes qui ont créé les standards, ont presque tout inventé sur la scène rock, et à laquelle on ne pourra pas apporter grand chose, à moins d’être des génies de la composition, ce que nous ne sommes pas. Donc c’est un moyen de nous démarquer, de proposer quelque chose d’original, sans pour autant révolutionner la musique.

Et niveau CD ?
K : On rentre en studio début juillet.
K : Il comportera 3 titres, c’est tout ce que l’on peut vous dire.

Et l’ambiance visual…
S : En fait, je ne pense pas que l’on fasse du visual pour faire du visual.
K : On fait de la musique. On pense être un groupe visuel au sens premier du terme. On n’est pas un groupe qui a pour influence tous les groupes apparus au Japon dans la mouvance rock et qui sont là depuis une dizaine d’années. Nous sommes un groupe visuel dans le sens où le public qui nous verra en concert écoutera de la musique, et assistera à un véritable spectacle. Si le public peut à la fois profiter d’une ambiance visuelle, de costumes, de mise en scène, de théâtre ou de danse, c’est là où notre projet prend tout son sens, et c’est en ça que nous sommes un groupe visuel.
O : C’est aussi un reflet de notre musique, une continuité.

Photos Maxime Roccisano
31 mai 2008 – CCO de Villeurbanne

Pays : Japon

Dominique Jacquemoud