Atlas de la Chine de Thierry Sanjuan

Textes, citations, cartes et infographies nous peignent le visage social, économique, culturel, militaire et géopolitique de la Chine.

” Atlas de la Chine ” ou la Chine en long, en large et en travers. Du barrage des Trois Gorges à la présence de la Chine en Afrique, en passant par la criminalité, l’environnement et les nationalités minoritaires, Thierry Sanjuan nous livre un portrait, non pas exhaustif, mais très détaillé de la Chine d’hier et d’aujourd’hui.
La Chine, c’est, pêle-mêle, des chiffres incomparables : un taux moyen de croissance de l’économie de 9,8% soit plus de trois fois la moyenne mondiale ; 9% du PIB mondial soit une 3e place derrière l’Europe et les Etats-Unis; ou bien encore 56 nationalités identifiées.
La Chine, c’est surtout des contradictions et des inégalités.
Au-delà des apparences et des chiffres cités ci-dessus, il y a une Chine faible, une Chine à trois visages : quand le littoral totalise 60 % du PIB du pays, 84 % des investissements directs étrangers et 96 % des exportations, ces chiffres s’élèvent pour l’intérieur à 33, 14 et 3 et à 7, 2 et 0,2 pour l’Ouest.
En Asie, la Chine a dépassé le Japon en 2010 mais le PIB japonais par habitant reste dix fois supérieur à celui de la Chine. Il est de 74.537 yuans à Shanghai contre 13.228 dans le Guizhou en 2010.
Le développement se fait donc à plusieurs vitesses.
Hier, la période maoïste était liberticide. La vie des Chinois était encadrée à partir du travail. L’unité de travail intervenait dans leur vie privée par exemple en autorisant ou non un mariage ou une naissance. Mais elle offrait en contrepartie un emploi à vie, l’accès au magasin d’Etat, le logement à un loyer modéré et les allocations sociales comme les soins, l’éducation des enfants, la retraite. Aujourd’hui, avec les réformes qui se sont succédé, les Chinois s’ émancipent mais ils doivent financer eux-mêmes tous ces frais, aggravant les inégalités.
La Chine s’implique de plus en plus dans des opérations de la paix avec l’ONU. Parallèlement, elle garde avec soin des relations économiques et diplomatiques avec des gouvernements dénoncés par la communauté internationale comme le Soudan.
Et la Chine, c’est parfois des singularités – aujourd’hui les catholiques chinois seraient 12 millions -, et des tristes records, 17 villes chinoises comptent parmi les 20 villes les plus polluées au monde.
Pour Thierry Sanjuan, « la Chine reste marquée par son immensité en espace et en hommes. Les dimensions chinoises demandent des réponses qui se distinguent de ce que nous connaissons dans nos pays. La Chine est contrainte de trouver des solutions qui lui sont propres ».
Six chapitres composent cet atlas, apportant un certain ordre chronologique à l’ouvrage, ce qui facilite la compréhension de l’évolution du pays. En revanche, il manque parfois d’une contextualisation historique. Ainsi, les notions de Révolution culturelle ou de Grand Bond en avant, auraient mérité davantage d’éclaircissement.

Éditeur : Autrement

Pays : Chine

Magalie FREY