Time & Tide de Tsui Hark

Au commencement, il y avait l’obscurité. Puis il créa la lumière. Vint ensuite le cinéma, et ses ombres électriques. Le 4e jour, Dieu inventa dans la foulée (et dans le désordre) l’artiste, l’homme client et les marchands du Temple, en pensant qu’ils pouvaient tous s’entendre – en fait ils ne pouvaient pas se voir -. Comme le cinéma était plongé dans l’obscurité (et les marchands du Temple étaient d’accord), il eut l’idée de l’exposer en plein jour. Et il fabriqua la cassette vidéo. Au 6e jour, il réalisa que son oeuvre était imparfaite (tout comme ceux qu’il avait inventés au 4e jour). Alors il imagina avec l’aide de Sony, et après quelques tâtonnements, le dvd. La Columbia Tristar qui l’éclairait de sa lanterne, ainsi que tous ses confrères, applaudirent devant cette formidable avancée technologique qui allait transporter l’homme d’un grand écran à un beaucoup plus petit.
Le dimanche est jour du seigneur. Dieu se reposa sur ses lauriers considérant son entreprise universal comme accomplie (elle allait bientôt devenir multinationale, mais de cela à l’époque il n’en savait point – après tout il n’était pas plus devin que Vivendi), et pensant que tous y trouveraient leur compte (la suite allait prouver le contraire).
En début de soirée, affalé devant sa tv, il eut mauvaise conscience et créa heureusement Tsui Hark mais oublia complètement dans la précipitation le livret et les bonus (suppléments en français).

“Time & Tide” faisait l’ouverture du 7e Festival Etoiles & Toiles d’Asie à Lyon. C’est dire si nous apprécions le film, … avec ou sans bonus.

Éditeur : Columbia Tristar Home Video

Pays : Divers

Jean-Pierre Gimenez