Soulages D’une rive à l’autre sort chez Actes Sud.

Pierre Soulages a tout juste 100 ans. Une exposition lui est consacrée au musée de Louvre. Michaël de Saint Chéron et Matthieu Séguéla lui consacrent un livre mettant en lumière ses rencontres avec l’Afrique noire et le Japon.

En plus de 80 ans de création, l’outrenoir est devenu la « marque de fabrique » de l’artiste. Sitôt son arrivée à Paris, il participe à plusieurs expositions collectives dont le premier Salon de Mai en 1951. Il y rencontre des calligraphes japonais du groupe d’avant-garde Bokujin « les hommes de l’encre ». Dès 1953, avec eux, il expose à la galerie tokyoïte Bokubi et participe à l’International Art Exhibition, biennale itinérante au Japon qui lui attribue son grand prix en 1957. A partir de là, un dialogue artistique et culturel s’engage entre l’artiste et le pays du Soleil levant.

Le livre analyse l’outrenoir, entre autres, à la lumière de ses différences et  parentés  avec la calligraphie japonaise. « De là, peut-être, un intérêt chez Soulages pour les notions de vide et de plein, un goût pour l’esthétique de la calligraphie qu’il apprécie en tant qu’œuvre abstraite sans avoir besoin d’en comprendre le sens » analyse Matthieu Séguéla historien et enseignant chercheur associé à l’Institut français de recherche sur le Japon.

Soulages revendique cependant le fait que ses images n’ont rien à voir avec la calligraphie. « Mes lignes ne montrent pas la trace d’un mouvement » indique l’artiste qui ne veut pas que ses œuvres révèlent les états d’âme de leur auteur. En 1992, il reçoit le Praemium Imperiale, le « Nobel de l’art japonais » le consacrant ainsi comme l’artiste majeur qu’il est !

Outre l’analyse de l’œuvre polyphonique, le livre est agrémenté de nombreuses reproductions de toutes périodes et de tous genres : sérigraphies, vitraux de l’abbatiale de Conques, lavis au brou de noix sur papier et ses grandes peintures noires.

Une bonne approche de l’œuvre mettant en lumière ses différentes lectures avant de s’immerger dans le musée Soulages de Rodez !

Camille DOUZELET et Pierrick SAUZON

Soulages, d’une rive à l’autre, de Michaël de Saint Chéron et Matthieu Séguéla, format 17 x 24 cm, 80 pages, 25€, illustrations en quadri, éd. Actes Sud. Paru le 27 novembre 2019 en librairie.