LOVE IN THE HELL volume 1 de Reiji SUZUMARU, Éditions Glénat Erotic

Après une mort très bête, le jeune Rintaro Senkawa se réveille en enfer. Là, accueilli par sa démone attitrée Koyori, il va découvrir ce qui l’attend jusqu’à ce qu’il parvienne (ou pas) à la rédemption : uniquement de la souffrance ! En effet pour gagner de l’argent, car il va devoir se nourrir et se loger, ainsi que pour racheter ses fautes, Rintaro va devoir souffrir le plus possible et de manière douloureuse. Et comme chaque matin, son corps est remis à « neuf », il peut endurer des sévices continuellement. Assez égocentrique, et n’aimant pas se faire mal, il n’est pas d’accord sur sa condition, surtout qu’il ne voit pas pourquoi il doit être ici. Mais Kiyori, à l’aide d’un grand coup de masse cloutée, lui confirme qu’il est en enfer pour une bonne raison et qu’il va subir des souffrances infernales pour expier ses péchés. Le calvaire de Rintaro ne fait que commencer…

Difficile de bien classer ce manga. Malgré le résumé ci-dessus, l’histoire tient plutôt de la comédie : on suit les mésaventures de Rintaro qui découvre le fonctionnement des enfers et qui se retrouve souvent dans des situations cocasses. Ensuite les démones sont hyper sexy et très peu vêtues, voir carrément nues, ce qui vaut au manga sa classification dans la section Erotic de Glénat. Enfin dès la 20ème page, on voit un homme écorché vif qui ensuite, après avoir peloté sa démone attitrée, a sa tête explosée par un grand coup de massue avant de se faire dévorer par des loups démoniaques. Si l’ensemble de la scène est drôle, c’est assez trash et le sang gicle à flot (sans pour autant être gore). Bref il y a un sacré mélange mais ce qui domine est quand même la comédie. On découvre en même temps que notre « héros » le fonctionnent de l’enfer (on apprendra plus tard qu’il s’agit de la partie la plus légère des enfers, réservée aux crimes mineurs) qui ressemblent en fait beaucoup à une société comme les autres. Si ce n’est donc quelques détails artistiques ou architecturaux (et les cornes des démons), on se croirait presque en terrain connu. Et c’est là que ce titre pêche un peu : entre le garçon crétin et la fille pas encore à l’aise dans son « travail », il n’y a pas vraiment de scénario mais plus une suite de scénettes mettant bien en avant la bêtise de Rintaro. L’auteur a un joli coup de crayon et il se fait plaisir sur certaines scènes (en décor et en torture) mais si ses démones sont très sexy, avec notamment leur tenue cuir/SM, c’est un peu léger pour de l’érotique. Pour le moment, on a l’impression que le titre se cherche et si l’ensemble est assez drôle, notamment grâce à Kiyori qui a la batte cloutée facile, il reste assez anecdotique. Son ambiance le sauve mais reste à trouver le public. Il faudra lire pour se faire vraiment une idée.

Fabrice Docher

LOVE IN THE HELL (JIGOKUREN LOVE) volume 1 de Reiji SUZUMARU (2011)

Comédie/trash/sexy, Japon, Editions Glénat Erotic, juillet 2015, 160 pages, livre broché 9.15 euros, pour public averti