Les miracles du Bazar Namiya de Keigo Higashino paraît le 22 janvier.

Yûji Namiya tient une échoppe de fournitures scolaires. Par amusement, des enfants lui posent des questions saugrenues bien de leur âge. Il se prend au jeu. Il affiche alors ses réponses sur la devanture de son magasin. Cependant, un jour, la question émane d’une adulte et est d’ordre très personnel. Que faire ? Profondément touché, il ne peut refuser de répondre. Il décide donc de glisser son texte dans la boite à lait derrière son échoppe. La récipiendaire de la missive n’aura plus qu’à la récupérer en toute discrétion.

C’est ainsi que petit à petit, Yûji Namiya va correspondre avec différentes personnes ayant eut vent de sa bienveillance. Toujours, il s’appliquera à trouver le conseil restant au plus près de la demande. Ne le dit-il pas à son fils un soir : « la question est la réponse ». Sur ce mode relationnel, au départ, des plus surprenants, Keigo Higashino nous propulse très vite dans un voyage spatio-temporel couvrant une soixantaine d’années au moins dans un Japon en plein boom économique.

Maitre incontesté du roman noir aux intrigues puissamment structurées (1), Keigo Higashino s’essaie au fantastique. Il entrelace les aventures de ses nombreux et pittoresques personnages. Et grâce à ces mystérieuses missives, il nous entraine dans de multiples et subtils rebondissements. Cette fois-ci donc, pas de crime ! C’est sur la temporalité qu’il joue : grâce à la porte fermée du Bazar, il fait s’interpénétrer différentes époques dans un même instant.

Aucun des protagonistes ne rencontre jamais Yûji Namiya. De plus ils signent tous d’un pseudonyme en fonction de l’orientation de leur propos. Bien que plusieurs se croisent au cours du récit aucun ne saura jamais que le Bazar Namiya les unit.

Le coup d’essai est donc un coup de maitre puisqu’il nous tient en haleine jusqu’à la dernière page, comme à son habitude !

Camille DOUZELET et Pierrick SAUZON

Les miracles du Bazar Namiya, Keigo Higashino, 384 pages, 22,80€, éd. Actes Sud.

(1) lire notre chronique des doigts rouges qui paraissent simultanément en Babel noir : https://asiexpo.fr/les-doigts-rouges-de-keigo-higashino-ressort-en-poche/