Les DA de la Gainax

Les dessins animés de la Gainax :

Les ailes d’Honnéamise :

Dans un monde qui ressemble au notre mais qui ne l’est pas, un homme, Shiro va s’engager dans la Royal Space Force pour devenir le premier homme à voyager dans l’espace.
Après une production longue (entre 1984 et 1987) et couteuse (c’était le film d’animation japonais le plus cher à l’époque avec un budget de 800 millions de yens), le premier film de la Gainax, n’a pas reçu en salle le succès qui aurait du être le sien. Et cela malgré les musiques de Ryûchi Sakamoto (Furyo, le dernier Empereur…) et une superbe réalisation. A l’étranger par contre, il s’est forgé une solide réputation grâce à sa difusion en vidéo aux Etats-Unis et plus récemment en France (en vidéo, en DVD et à la télé sur Canal +).

Titre original Honneamise No Tsubasa
Format film
Durée 119 min
Date 1987
Auteur Hiroyuki Yamada et Hideaki Anno
Scénario Hiroyuki Yamada
Réalisation Hiroyuki Yamada
Character Design Yoshiyuki Sadamoto
Décors Hiromasa Ogura
Musiques Ryuchi Sakamoto
Editeur (France) Pathé / Manga Video

Gunbuster

.En 2015, Noriko Takaya vient d’apprendre la mort de son père, capitaine du vaisseau spatial Luxion, détruit par de mystérieuses forces extraterrestres. Elle décide alors de suivre le chemin de son père en s’inscrivant dans une école de pilotes de combat.
La première série d’OAV (dessins animés réalisés pour le marché de la vidéo) du prestigieux studio.
La Gainax fait d’une série à première vue classique (avec des robots géants et des jolies jeunes filles) une œuvre culte dotée d’un scénario surprenant (écrit par Hideaki Anno et Toshio Okada).

Titre original Top wo nerae Gunbuster
Format OAV
Durée 6 fois 30 min
Genre Science fiction
Date 1990 / 1991
Auteur Gainax
Scénario HToshio Okada
Réalisation Hiroyuki Yamada
Character Design Haruhiko Mikimoto
Décors Masanori Kikuchi, Hiroshi Sasaki
Musiques Kôhei Tanaka
Editeur (France) Dynamic Visions

Nadia, le secret de l’eau bleue

Pendant l’exposition universelle à Paris en 1889, Jean un jeune garçon bricoleur rencontre Nadia. Comme celle-ci est poursuivie par trois inconnus, les deux protagonistes vont devoir prendre la fuite et essayer de retrouver le Père de Nadia. En chemin, ils tomberont sur le Nautilus, sous-marin ultramoderne dirigé par le capitaine Nemo.
Une série TV d’exception, animée par des personnages emblématiques, et une histoire qui nous emmène jusqu’aux origines de l’Homme (mythe des Atlantes).

Titre original Fushigi no umi no Nadia
Format érie TV
Nombre d’épisodes 39
Genre Aventure
Date 1990 / 1991
Auteur Gainax
Scénario Hisao Ôkawa, Kaoru Umeno
Réalisation Hideaki Anno, Shinji Higuchi
Character Design Yoshiyuki Sadamoto
Décors Masanori Kikuchi
Musiques Shirô Sagisu
Editeur (France) AB video

Otaku no Video

L’histoire délirante d’un jeune garçon normal qui en 1982 va devenir un Otaku de premier ordre et ainsi prétendre au titre d’ Otaking !
Fait par des otaku et pour des otaku, ce dessin animé retrace en fait l’histoire du studio de la Gainax de la fabrication de Garage-kits à la réalisation de films d’animation fameux. Traité d’une manière parodique, foissonnant de références, Otaku no Video est néanmoins un hymne au Gainax des débuts, au temps de la prospérité économique du Japon, à l’époque où ce petit groupes de fans de science-fiction et dessins animés se hisse sur les marches de la reconnaissance publique et professionnelle. Entrecoupé d’interviews de pseudo-otaku, ce dessin animé est le symbole de la culture otaku. Un de ses auteurs, Toshio Okada, qui a quitté le studio depuis, est d’ailleurs aujourd’hui le spécialiste du phénomène de l’otakisme au Japon.

Titre original Otaku no Video
Format OAV
Nombre d’épisodes 2 X 50min
Genre autobiographie
Date 1991 et 1992
Auteur Gainax
Mise en scène Toshio Okada
Réalisation Takeshi Mori
Directeur de l’animation Takeshi Honda
Character Design Ken’ichi Sonoda
Musiques Koohei Tanaka

Evangelion

Dans un futur proche, le monde se remet lentement de l’onde de choc qu’il a subit lors du ” first impact ” : une gigantesque catastrophe qui a détruit la moitié du monde, mais déjà une nouvelle menace apparaît sous la forme de créatures géantes que l’on appelle ” Anges “. Pour leurs faire face, des énormes robots (Eva) conduits par des enfants sont censés être la solution.
Cette série TV, devenue très vite culte en France grâce aux K7 vidéos et à son passage sur Canal +, est un bijou d’animation. De par sa réalisation hors normes et de par son scénario déroutant, elle représente le meilleur exemple de la série TV ” d’auteur “, en l’occurrence, le génial Hideaki Anno.

Titre original shin seiki Evangelion
Format érie TV
Nombre d’épisodes 26 (X25 min.)
Genre science fiction mystique
Date 1995 / 1996
Auteur Gainax
Scénario Hideaki Anno
Réalisation Hideaki Anno
Character Design Yoshiyuki Sadamoto
Décors Hiroshi Katô
Musiques Shirô Sagisu
Editeur (France) Dynamic Visions

Kareshi Kanojo no Jijô

L’histoire de Yukino Miyazawa, jeune lycéenne brillante, dont le but est d’avoir les meilleurs résultats et d’être la star de son lyceé. Jusque là elle y est toujours arrivée mais un jour elle découvre avec stupeur qu’elle s’est faite voler sa première place par Sôchirô Arima, un garçon de bonne famille (contrairement à elle), et nouvelle coqueluche des filles.
Adaptation d’un shoujo manga de Masami Tsuda, Kare Kano est la première série TV de la Gainax depuis le succès gigantesque d’Evangelion. Dans un genre complètement différent de ce dernier, le génial studio nous propose un dessin animé dont la réalisation est dans la continuité de tout ce qu’il a fait auparavant. Les plans symboliques, les ” kanji ” qui envahissent l’écran, l’humour particulier en sont des exemples.
De même, si Evangelion était une remise en cause graphique et scénaristique du classique dessin animé de science-fiction, Kare Kano explore cette fois-ci le genre du shoujo manga pour l’adapter façon ” Gainax ” et ainsi en extraire ce qu’il y a de meilleur.
Le meilleur : c’est par exemple le comique, essentiel dans Kare Kano, habilement déservi par le système du SD, et par des dialogues, qui comme dans toutes les autres œuvres de la Gainax sont toujours justes.
En bref, Kare Kano est une série que, je l’éspère vous ne manquerez pas lors de sa sortie en France chez Dynamic Visions (pas encore de date de sorties).

Format érie TV
Nombre d’épisodes 26
Date 1998
Auteur Masami Tsuda
Réalisation Hideaki Anno
Character Design Tadashi Hiramatsu
Décors Masaru Satô
Musiques Fumiya Fujii

Furi Kuri

Naota est un jeune garçon de douze ans qui vit une existence paisible jusqu’au jour où il est renversé par une Vespa jaune conduit par une jeune femme…
Produite par la Gainax et IG production (Blood, Jin-Roh), cette série d’OAV en 6 épisodes est l’une des plus déjantées de toute l’histoire de l’animation japonaise. Son traitement graphique très particulier (utilisation pertinente de l’infographie et en même temps certaines scènes avec des dessins caricaturaux, simplistes], et sa réalisation qui va à 100 à l’heure en font une véritable bombe visuelle que seule la Gainax pouvait réaliser.

Titre original Furi Kuri (FLCL)
Format OAV
Nombre d’épisodes 6 (X30 min.)
Date 2000
Auteur Gainax
Scénario
Réalisation
Character Design Yoshiyuki Sadamoto
Décors
Musiques
Editeur (France) Dynamic Visions

Mahoromatic

Dans les années 80, alors que la terre est victime d’attaques extraterrestres, une organisation est créée pour leur faire face : Versper dont les scientifiques arrivent à mettre au point des robots humanoides très puissants. Après la guerre l’un d’entre eux, une charmante androïde qui s’appelle Mahoro, se reconvertit avant sa mort programmée (environ dans 1 an) en gouvernante auprès d’un ado de 14 ans, fils d’un commandant décédé pendant la guerre. Celui-ci tombe rapidement sous son charme…

Format série TV
Nombre d’épisodes 12
Genre shojo-SF
Date 2001
Auteur Gainax
Scénario Bunjuro Takayama, Bow Ditama
Réalisation Hiroyuki Yamaga
Musiques Toshio Masuda
Editeur (France) Dynamic Visions

Pays : Japon

Julien Bouvard