La septième malédiction de Nam Nai Choi

Un médecin aventurier, lors d’une mission en Thaïlande est victime d’un sortilège suite au sauvetage d’une jeune fille. Depuis, un an s’est écoulé, rien ne s’est produit. Le sort a t-il disparut ?
Voici que tout à coup les symptômes réapparaissent. Notre bon docteur apprend alors qu’il ne lui reste que quelques jours à vivre… commence alors une expédition au cœur de la forêt thaïlandaise afin de trouver le moyen d’échapper à ce diabolique maléfice…

Amis amateurs de nanars vous rateriez une opportunité en or, arrêtez-vous quelques instants.

Il s’agit ici, d’une sorte d’Indiana Jones nanaresque. En effet, le film bourré d’action, vous propose de suivre un médecin (qui a déjà escaladé l’Himalaya et qui possède une tête humaine réduite) dans sa quête qui va le mener à affronter une sorte de tribu Maya, bien que celle-ci soit localisée en Asie, ahem…

L’introduction rappelle un peu celle des Contes de la crypte et nous plonge dans une ambiance midnight movies. Le scénario lui, est relativement basique, mais l’intérêt du film est ailleurs. Le début est assez classique, et on ne s’attend pas à la claque que l’on va prendre derrière. Commençant comme un film policier, la suite va devenir de plus en plus incontrôlable, et les exemples ne manquent pas.
Rien que les personnages principaux valent le détour.
Le bon docteur, dragueur invétéré et expert en art martiaux met en avant ses techniques de drague :
“Veux-tu venir chez moi ? J’ai des orteils d’extraterrestres…”
La journaliste, aussi énervante qu’efficace, est exaspérante au possible, et symbolise à merveille le type de protagoniste que le spectateur souhaite voir mourir.
Mais encore, ce n’est rien! A partir du moment où le sorcier de la tribu entre en scène alors-là mon dieu… Le méchant typique, le rire du méchant, la voix du méchant chinois, le look (il ne ressemble à rien). Il vaut vraiment le détour celui-là!
Ajoutez à cela du gore assez mal fait, mais présent en masse, les exécutions étant assez nombreuses. On se rapproche d’ailleurs assez de Cannibal Holocaust, même si ici, cela n’est pas du tout réaliste. Des scènes dénudées viennent ponctuer le film, heureusement assez bien faites, les plans et les filles étant de bonnes qualités.

Sur le plan nanaresque, la fin est grandiose. Le combat entre un bébé démon et une momie aux yeux fluos qui se transforme en ptérodactyle ninja est à ne pas rater, l’équipe s’est bien lâchée! A n’y rien comprendre, mais on prend quand même.
L’atmosphère est telle, que l’on peut pardonner les différentes incohérences que l’on rencontre ça et là. A un moment 3ans en deviennent 1, brûler une corde grâce à une loupe servant à focaliser la lumière solaire au fin fond d’une grotte pendant la nuit… Certains mouvements de caméras saccadés dans les combats rendent ceux-ci parfois difficile à suivre.

Au final, un nanar de haute volée qui séduira les amateurs du genre. Il peut en outre être un bon passe-temps, il dure seulement 78 minutes, qui sont bien vites passées, on en redemanderait!

Acteurs : Chin Siu Ho, Maggie Cheung, Chow Yun Fat

Éditeur : Metropolitan Film & Video

Pays : Hong-Kong

Frederic Monteil