L’Inde, un continent rebelle qui peut rendre fou

L’Inde de Guy Deleury est une “bien-aimée lointaine”. Mal connue, la belle ne se livre pas aisément. Parfois trop idéalisée, ses innombrables clichés et poncifs (extrêmes… religiosité, pauvreté, saleté, …) menacent toute tentative de compréhension de la part d’un occidental. Cette belle inconnue, sous ses atours pas toujours beaux, nous éconduit ou trompe son monde. Avec son érudition et son sens de la formule, l’auteur nous livre quelques clefs de l’histoire pour mieux appréhender l’avenir de ce “continent debout” comme l’évoque l’excellent magazine Globe-Mémoires.

Quand l’Inde ne s’appelait pas l’Inde. Comment un maharajah pouvait être issu d’une famille de paysans et pourquoi “Guerre et Paix” est inspiré de la pensée hindoue, et “Le Livre de la Jungle” directement du système des castes. Quant à la jungle, autre déformation du filtre occidental : c’est une région sèche. Enfin, pourquoi l’empire britannique s’effondra face à un “fakir à demi-nu” nommé Gandhi et le chemin qui mena à son indépendance. L’Inde expliquée à ceux qui la connaissent comme à ceux qui ne la connaissent pas.
Je suis fou de l’Inde, mais je n’ai pas envie de me soigner. J’aime me laisser engloutir dans ce pays, m’immerger – moi qui nage à peine -, perdre pied, m’y perdre.
Mais d’après le psychiatre du Consulat de France à Bombay, auteur de ce livre, perdre ses repères puis son identité peut se révéler dangereux. Car l’Inde est une porte entre deux mondes : l’un réel, l’autre imaginaire, l’Occident et l’Orient, un pays où vous pouvez vous préparer à tout car tout ou presque vous arrivera – c’est cela qui est excitant ! C’est grave docteur ?! -.

Voyager en Inde n’est pas aisé. Connaître et fixer ses limites – même si elles sont souvent dépassées -, vous permettra de ne pas sombrer car un pays, qui vous fait passer sans transition de l’euphorie à la dépression : il faut forcément s’y préparer. Lors d’un voyage dans ces contrées originelles, vous rencontrerez sans nul doute des occidentaux “(é)perdus” par la drogue ou un pseudo gourou. Certains portraits se retrouvent dans “Fous d’Inde”. Et c’est fou ce que cela fait du bien !
Le magazine Globe Mémoires, après un numéro consacré à l’Asie centrale, et un autre à la Péninsule indochinoise, s’intéresse au subcontinent indien. La qualité des reportages et analyses agrémentés d’une riche iconographie feront de Globe Mémoires un magazine (avec un cédérom comprenant 400 photos et 5 heures de radio dont 1 heure de musique) à conserver.

L’INDE, CONTINENT REBELLE / Guy Deleury. Seuil Essai, 2000, 360 p, 130 F.
FOUS DE L’INDE, Délires d’Occidentaux et sentiment océanique / Régis Airault, Payot, 2000, 228 p, 95 F.
GLOBE MEMOIRES, le magazine documentaire multimédia n°3, en kiosques, 49 F.

Pays : Inde

Jean-Pierre Gimenez