L’homme à la tête de sushi de Kenzo Saeki

“Un zeste de citron”. Frais, acidulé qui agace les dents. Un musicien japonais reprend des rengaines de Gainsbourg, Nino Ferrer, “La mouche” de Polnareff. L’arrangement musical est agréable. La première chanson surprend : on reconnaît l’air mais les paroles sont exotiques. La voix est plaisante. La boîte à rythme domine un peu trop par moments mais cela reste charmant.

A écouter le matin pour fredonner toute la journée… Kenzo Saeki, un des chouchous de la nouvelle pop japonaise.

Éditeur : Sawasdee

Pays : Japon

Sophy Jomain