Interview avec WANG Quan-an et YU Nan

X : XIE Hai-ying
Y : YU Nan
W : WANG Quan-an

Asie News : “Eclipse de lune” est votre premier film, quelle fut votre réaction en recevant le scénario ?
YU Nan : Ce qui m’intéressa fut sa simplicité. Tout ce que j’ai imaginé, ou ressenti dans la vie, je peux le trouver dans le film.

Asie News : Avez-vous immédiatement accordé toute votre confiance dans le réalisateur ou bien s’est-elle établie petit à petit pendant le tournage ?
Y : Je lui ai fait confiance, car c’est lui qui a écrit le scénario. Il savait ce qu’il voulait faire et comment le faire. Cela m’a aidée à mieux interpréter mon rôle. Durant le tournage, nous nous entendions parfaitement bien, et j’ai suivi ses indications.

Asie News : Justement, en tant qu’actrice, aviez-vous une certaine autonomie ou suiviez-vous strictement ces indications ?
Y : En fait, il n’aime pas trop parler. La veille du tournage, on se réunissait pour discuter ce qu’on allait faire le lendemain. Et une fois que la décision était prise, on la respectait tous. Mais ça ne veut pas dire qu’il refusait les idées spontanées.

Asie News : Etes-vous satisfaite de votre interprétation dans ce film ?
Y : C’est mon premier rôle… Je suis plutôt contente. Au moins, mon interprétation a bien collé avec le film. Cela ne signifie pas que j’ai été parfaite, mais plus prosaïquement que je me suis bien intégrée.
On a essayé plusieurs montages, jusqu’au moment où nous étions satisfaits. Nous n’avons conservé que le meilleur.

Asie News : Quel type de rôle avez-vous envie d’interpréter par la suite ?
Y : Il y a en trop. Plutôt des rôles singuliers, avec beaucoup de caractère.

Asie News : En Chine, être actrice n’est pas une profession très appréciée ou recommandée pour une jeune fille, tout au moins, pour des gens de la génération de nos parents. Et les vôtres, quelle a été leur position à l’annonce de votre choix professionnel ?
Y : Ils avaient du mal à comprendre. Parce qu’ils travaillent tous dans le domaine scientifique. D’ailleurs, ils se demandent toujours si c’est un vrai métier.

Asie News : Pour votre premier rôle, vous avez remporté le prix de la meilleure actrice au Festival de Cinéma asiatique de Deauville. Vous vous sentiez comment au moment de la récompense ?
Y : C’était magnifique ! Vraiment magnifique !

Asie News : Qu’est-ce qui vous a incité à écrire le scénario de “Eclipse de lune” ?
WANG Quan-an : L’insatisfaction. Je ne connais pas de film qui me concerne directement et se soucie de ma vie ou de mon état spirituel. Je n’aime pas les films d’avant.

Asie News : Les films faits avant, ça veut dire les films chinois ou les films du monde entier ?
W : Les films chinois. D’un côté, les gens qui font du cinéma sont pauvres, de l’autre côté de l’écran, les spectateurs sont eux aussi pauvres, parce que il n’y a aucun film qui se soucie d’eux. “Eclipse de lune” pourrait être un tout autre film. Ce qui importe, c’est qu’il a un rapport avec la vie. Quand j’ai la possibilité de tourner un film, je choisis un thème sur lequel je m’interroge. C’est toujours mon point de départ. Parce que si je comprends bien ou maîtrise bien un sujet, ce n’est plus la peine de le traiter dans un film, qui est pour moi, une solution de régler les problèmes.

Asie News : Y avez-vous réussi dans ce film ?
W : A un certain degré, oui. Il a même surpassé ce que j’avais prévu. En tant que film, il mène maintenant une vie indépendante. Je ne peux pas tout maîtriser. Pendant le tournage, il y a toujours des changements imprévus en fonction de ce qu’on voit, de ce qu’on sent. Et j’aime bien ça. Sinon, je m’ennuierai. Il change même au courant de la projection. Toutes les séances n’attirent pas le même genre de réaction, de perception.

Asie News : Pouvez-vous établir une comparaison entre la réaction des spectateurs chinois et des français pour votre film ?
W : Je crois que les spectateurs chinois se reconnaissent plus à travers mon film. Ils comprennent tout à fait “l’état de vivre” de mes personnages ainsi que leurs réactions face à la vie. Les spectateurs français font plus attention aux scènes qui révèlent la vie traditionnelle des chinois.

Asie News : Voulez-vous dire que les spectateurs français recherchent une trace quelconque d’exotisme dans votre film ?
W : Oui, c’est certain. Mais qu’il soit français ou chinois, le spectateur finalement va être amené là où j’ai décidé de l’amener. A la fin de chaque projection, c’est toujours la silence. Le plaisir ou les sourires que j’apporte aux spectateurs au début, peuvent être considérés comme de la corruption afin de les conduire à la réflexion.

Asie News : D’après vous, ce sont les spectateurs chinois qui comprennent le mieux votre film ?
W : Oui, c’est ça.

Asie News : Pourtant lors des projections en France (comme par exemple celle organisée par Asiexpo en mai dernier), des chinois ont regardé le film avec les français. Or, à la sortie du cinéma, ils ont tous dit qu’ils avaient quelques difficultés à tout comprendre, contrairement aux français, qui, eux l’ont plutôt apprécié. Comment l’expliquez-vous ?
W : Je crois que cela est dû à leur façon de regarder un film. Les Chinois ont grandi sous une pensée générale dominante, et de ce fait, ils sont habitués déjà à une idée toute faite de la vie. Ils attendent des explications claires et détaillées, ce qui ne correspond pas à la réalité. Dans la vie, rien n’est simple. L’art, c’est pareil. La vraie valeur des arts, c’est d’inspirer et d’éclairer, très délicatement et convenablement, les gens, mais pas de résoudre leurs problèmes. Par la série de réflexions qu’il apporte, mon film a dû susciter un certain sentiment chez les spectateurs. Parce qu’il leur rappelle que la vie est faite pour réfléchir. Dans ce sens, effectivement, je pense que c’est plus facile pour les spectateurs français de suivre mon film. Les films français sont presque tous de cette même veine.
Et en fait, ce que je désire, c’est abolir la raison et laisser l’émotion guider le spectateur. Et lui permettre de capter le plus de plaisir possible.

Asie News : Pourquoi avez-vous choisi YU Nan pour interpréter l’héroïne ?
W : C’était un rôle difficile, et il n’était pas évident de trouver une actrice adaptée au rôle. Mon idée était de trouver une “nouvelle” venue inconnue.
Son manque d’expérience était largement compensé par le fait qu’elle n’a pas de réflexes, d’attitudes, de conscience conditionnés en interprétant mes personnages. La première fois que j’ai rencontré YU Nan, j’ai trouvé une certaine singularité et une personnalité chez elle, et cela m’a beaucoup plu.

Asie News : Etes-vous satisfait de son interprétation ?
W : Du point de vue du film, je ne peux pas dire que je sois satisfait à 100%. Mais, au vu de l’actualité en Chine, je suis particulièrement étonné du résultat. En Chine, trouver une actrice comme elle qui puisse “coller” aussi idéalement au personnage est très rare. Ce n’est pas qu’un souhait personnel, mais celui de tous les jeunes réalisateurs chinois.

Interview avec WANG Quan-an et YU Nan, recueillit par XIE Hai-ying le 10 mai 2001 à Cannes.

Pays : Chine

XIE Hai-ying