GRENDEL volume 1 de Mako OIKAWA

  Accusée d’avoir fui le combat et ainsi causé la mort de la 3ème princesse attaquée par un golem, la chevaleresse Camélia est condamnée à être exécutée. Cependant le Paladin, chef de l’Ordre des Chevaliers, lui propose un marché : si elle escorte un dragon jusqu’à un pays voisin, elle sera acquittée. D’abord sceptique, les dragons n’étant déjà plus qu’une légende, elle accepte lorsqu’elle rencontre Grendel, un petit être humanoïde mais clairement différent d’elle. Celui-ci, qui a toujours vécu dans une tour, ne sait rien faire et ne connait rien du monde. Ensemble ils partent pour un périple d’au moins 6 mois avec beaucoup d’inconnus, de dangers et de poursuivants, attirés par ce que pourrait leur offrir le petit dragon. Si Grendel n’est déjà pas facile à gérer de par son ignorance de l’extérieur, Camélia a elle-aussi un grave « handicap ». Si elle est très forte au combat, elle rechigne à blesser ses adversaires, humain ou pas, car elle ressent toutes les douleurs de ceux qui l’entourent. Elle se retrouve alors à pleurer toutes les larmes de son corps, comme si c’était elle qui recevaient les coups…

  Le monde de Grendel ne renie en rien les univers de fantasy habituels : des chevaliers, des espèces demi-humaines, des monstres, des golems, de la magie, des dragons, etc. Les codes, les relations entre les pays, la mission sont également cohérents. Ce qui différencie ce titre, ce sont les personnages de Camélia et Grendel eux-mêmes. La première, extrêmement forte, a une empathie tellement développée qu’elle ressent physiquement la douleur de ceux qui sont autour d’elle. Cela n’est pas pratique pour un guerrier, surtout que son monde n’est pas vraiment paisible et que les combats sont monnaie courante. De plus bien qu’appartenant à un ordre de chevalerie, elle ne ressent pas vraiment de loyauté pour ses maitres car elle aurait été forcé à leur obéir ; voilà pourquoi elle va privilégier la survie à l’honneur. De son côté Grendel est un vrai mystère car bien loin de l’image que nous pourrions nous faire d’un dragon. Petit et chétif, il a été « caché aux yeux du monde » depuis très longtemps ; ce qui fait que par extension il ne connait quasiment rien de l’extérieur. Il était même nourri avec des préparations spécifiques, pour ne pas le souiller. La vraie raison semble beaucoup plus pragmatique, au vu de ce qu’il lui arrive à la fin du volume : se protéger de lui. Il est à l’image de ce que son corps nous montre, un enfant et son esprit suit la même logique. Et Camélia va devoir composer avec cet état de fait, assez problématique vu leur situation. Bien loin des récits héroïques, le scénario nous emmène dans une quête vers l’inconnu où nous sommes aussi perdus que les protagonistes. Avant l’honneur, c’est une lutte pour la survie, même si une issue positive semble très compliquée à atteindre. En effet pour le moment les réels objectifs de cette histoire ne sont pas clairs mais au vu des personnes tirant les ficelles, rien ne doit être simple. Bénéficiant d’un trait plus doux que d’habitude, avec 2 personnages principaux peu communs et attachants, ce manga est aussi plaisant qu’intriguant. Il contient son lot de combats violents contre des adversaires variés mais là n’est pas son intérêt principal. Ce qui compte est avant tout le voyage de Camélia et Grendel, avec l’évolution de leur relation et les petits moments qu’ils passent ensemble. Leur complicité forcée nous fait ressentir de la compassion pour eux et nous tremblons à chaque affrontement. Ce titre a quelque chose de différent, qui ne plaira pas à tout le monde, notamment ceux qui recherchent avant tout de l’action. Il reste captivant et nous pousse à suivre l’aventure : que demander de mieux ?

Fabrice Docher

GRENDEL volume 1 de Mako OIKAWA (2015)

Aventures / drame / fantasy, Japon, Komikku éditions, mai 2018, 194 pages, livre broché 8.50 euros