FARAWAY PALADIN Volume 1 de Mutsumi OKUBASHI et Kanata YANAGINO

  Lassé de sa vie qu’il trouve complètement raté, un jeune homme attend que la mort vienne le chercher. Mais après avoir aperçu une lueur, le voici qui se réveille dans la peau d’un bébé, entouré par une momie, un fantôme et un squelette. D’abord effrayé, il rend compte que ces étranges créatures ne lui veulent pas de mal. Mieux, elles l’élèvent consciencieusement. Le jeune homme, qui a gardé les souvenirs de sa vie précédente, prend dès lors sa situation comme une nouvelle chance. Il décide de profiter au mieux de son existence dans ce monde inconnu, au sein d’une famille peu commune.

  Nouveau titre « isekai » pour Komikku. Le principe de base reste le même, un (ou une) humain(e) se retrouve soudainement dans un monde étranger, après une mort violente la plupart du temps, se réincarnant en quelqu’un d’autre ou naissant « à nouveau ». Ici, l’idée de mort est encore plus présente car le jeune homme souhaitait mourir tandis que les 3 êtres qui le recueillent sont des morts-vivants. Ce 1er volume est une introduction à un monde dont on ne sait finalement pas grand-chose, le « réincarné », nommé William par ses « parents », vivant avec eux à l’écart de tout. Le peu que nous savons provient de l’éducation que ces derniers lui procurent. La momie Marie, prêtresse, lui apprend les tâches domestiques et les prières, le squelette Blood, guerrier, le combat tandis que le fantôme Gas, magicien, la magie ainsi qu’énormément d’autres connaissances. Le fait que tous le « prépare » si méticuleusement est étrange mais c’est loin d’être le seul qui l’est. Secret est un des maîtres-mots de l’histoire : par exemple, William n’a pas parlé des souvenirs de sa vie antérieure tandis que nous ne savons pas pourquoi ses 3 parents ont choisi de bafouer leur croyance pour échapper à la mort.

S’il ne se passe pas grand-chose dans ce 1er tome, à part une mise en situation réelle et dangereuse, nous sommes loin de nous ennuyer. Bien que la vie de William se résume à tâches ménagères – entrainement – apprentissage, elle est loin d’être monotone et nous « grandissons » dans notre compréhension de son nouveau monde en même temps que lui. Le dessin de Mutsumi Okubashi, s’il est souvent léger au niveau des décors, participe activement à notre immersion dans l’histoire. Douce et mystérieuse, parfois frénétique ou mélancolique, celle-ci est à l’image de ses personnages, au final très humains. N’étant pas parfaits et ayant chacun leur caractère, ils sont tous attachants à leur manière. Bien qu’il ne s’agisse que d’une vague introduction, ce 1er volume nous happe et nous incite à vouloir connaitre la suite. Ce fait en lui-même est un gage de qualité.

Fabrice Docher

FARAWAY PALADIN Volume 1 de Mutsumi OKUBASHI et Kanata YANAGINO (2018)

Fantasy / isekai / comédie, Japon, Komikku éditions, février 2020, 194 pages, 7.99 euros