COURRIER DES MIRACLES (KUUSOU YUUBINKYOKU) volume 2 de Noboru ASAHI

Alors Makoto est en train de suivre d’un bar le bénéficiaire d’un miracle, il tombe sur son père. Se cachant, il entend celui-ci se lamenter à propos de l’état de son fils, notamment à cause du fait qu’il n’a jamais parler d’avenir avec lui. Lui qui pensait que sa vie et celle de ses enfants ne faisaient qu’un, il espère vite qu’il va sortir de son coma pour pouvoir reparler avec lui. Après cela, Makoto décide, en plus de son travail, de surveiller un peu plus sa famille et notamment sa sœur. Il suit dans son quotidien, entre l’école, les courses et la maison. Elle semble se donner comme d’habitude à fond dans toutes ses nombreuses obligations. Cependant un jour suite à la remarque d’un de ses camarades, elle craque : de retour chez elle, elle se met à pleurer, se lamentant sur le fait qu’elle pense être à l’origine de l’accident de son frère (il était sorti faire une course à sa demande). Alors qu’elle est endormie, celui-ci vient alors lui parler, lui disant que ce n’est pas de sa faute et qu’elle ne doit pas s’en vouloir ; il lui dit aussi qu’il va bientôt revenir et qu’elle doit garder espoir. Le lendemain, elle se souvient de ses paroles, qu’elle prend pour un rêve, et va beaucoup mieux. Cette réaction motive Makoto à travailler encore plus ; le voici reparti dans sa distribution de miracles, qui ont parfois des formes et des destinataires originaux…

Une bonne partie de ce 2ème tome remet au centre de l’histoire Makoto et son envie de plus en plus grande de revenir vers sa famille. Nous le sentons de plus en plus décidé, prêt à en faire le plus possible. Sa rencontre inattendue avec son père et les visites qu’il fait à sa sœur ainsi vont le motiver à revenir le plus vite possible. Mais les états d’âme du garçon n’occultent cependant pas les distributions de miracle, qui prennent une forme très différente, ce qui évite beaucoup la monotonie. En effet nous avons un père de famille d’âge mûre qui se voit vivre toute une expérience découlant d’un choix crucial avant de revenir dans le temps au moment de sa décision. Ensuite une dame âgée, désirant revenir une dernière fois dans la maison où elle a vécu depuis son mariage, trouve une porte menant vers elle alors que celle-ci n’existe plus. Makoto et Kaori vont l’aider à la nettoyer pour lui créer de nouveaux souvenirs dans cette demeure. Enfin nous avons une idole qui veut vraiment se lancer dans la musique. Mise en contact avec un grand producteur, elle doit à sa demande écrire les paroles de sa chanson. Après de multiples essais et doutes, elle arrivera à trouver ce qui lui manquait et le miracle sera alors là pour la féliciter. Ces 3 miracles sont donc très différents de ce que nous pourrions attendre (souhait, 2nde chance ou mise en garde et encouragement), ce qui nous fait nous encore plus nous questionner sur leur vraie nature. Grâce à cela, l’histoire, qui ne prend pas de tournant inattendu, arrive à renouveler efficacement l’intrigue. En effet, les réactions du héros restent elles banales, même dans sa manière de se remotiver en revoyant sa famille. Mais si globalement la forme n’évolue pas trop et reste assez convenue, le manga reste agréable à lire. Il ne révolutionne rien – dessin, scénario et découpage restant classiques – mais il offre une bonne dose d’optimisme qui n’est pas de trop dans le monde actuel.

Fabrice Docher

COURRIER DES MIRACLES (KUUSOU YUUBINKYOKU) volume 2 de Noboru ASAHI (2013)

Fantastique / tranches de vie / réflexion, Japon, Komikku éditions, septembre 2017, 176 pages, livre broché, 7.90 euros