BACK STREET GIRLS (Back Street Girls – Washira Idol Hajimemashita) volume 2 de Jasmine GYUH

La popularité des Gokudolls allant croissant, les trois demoiselles sont interviewées par une station de radio. Tandis que la journaliste leur pose des questions sur leur préparation, les trois anciens mafieux se remémorent les traumatismes de leur entraînement drastique. Ils sont tout aussi brisés psychologiquement que physiquement, et se plaignent auprès de leur manager de leurs différents troubles… Se raccrochant à leur ancienne vie, ils cherchent à renouer le contact avec les familles et amis qu’ils ont laissé derrière eux, avant leur transformation. Pourtant, peu à peu, les trois malheureux semblent s’habituer à leur sort…

Le plus prompt à accepter la situation, c’est Kazu, alias Chika, la petite sœur mignonne. Au point de répéter ses poses et slogans kawaii avec assiduité, de commencer à prendre du plaisir à faire chavirer les foules. Pourtant, lorsque son ex se pointe à un concert aux bras d’un nouveau mec, le naturel dans l’ancien caïd revient au galop ! Pendant ce temps, le boss du clan prend de plus en plus de plaisir à diriger le groupe, au point d’oublier parfois ses autres prérogatives. Il pousse d’ailleurs ses trois victimes à aller plus loin dans leurs stéréotypes respectifs, quitte à les malmener. Mais attention, personne d’autre n’a le droit de s’en prendre à elles, sous peine de subir de graves sanctions !

En marge des concerts et des séances photo, les Gokudolls s’essaient à de nouveaux registres. Elles passent ainsi un casting pour un film de mafieux, mais sont « trop » convaincantes pour le rôle ! Aussi ne tardent-elles pas à se réorienter du grand au petit écran, avec une émission de critique culinaire. Elles visitent d’abord une pâtisserie, ce qui sera un véritable calvaire pour Ryo/Mari qui a toujours détesté le sucre… Mais l’aura du groupe ne fait pas que des heureux : entre des restaurateurs mécontents de leurs critiques, et les foyers brisés par des ados devenant des fans extrémistes, voici que nait une association de victimes du groupe….

Porté par un tempo plus dynamique que dans le premier volume, Back Street Girls trouve ici un ton un peu plus caustique du meilleur effet. Si certains chapitres tombent encore à plat, d’autres sont autrement plus efficaces, notamment grâce à des chutes absurdes. Reste que l’ambiance du titre, toujours aussi grinçante, ne sera pas du goût de tous. Du côté de l’édition, gros carton jaune à Soleil qui s’est totalement planté dans les légendes des trois héroïnes en quatrième de couverture !

Alain Broutta

BACK STREET GIRLS (Back Street Girls – Washira Idol Hajimemashita) volume 2 de Jasmine GYUH (2015)

Humour, Japon, Soleil Manga – Seinen, août 2017, 160 pages, livre broché 7,99 euros.