Dans un recoin de ce monde de Sunao Katabuchi sort déjà en DVD.

Hiroshima, années 30, c’est l’insouciance de l’enfance qui domine avec la silhouette légère de la petite Suzu, brunette flanquée de sa petite sœur complice et son grand frère déjà désagréable. Avec elle une simple promenade à Hiroshima devient un conte avec un gros homme-bête qui kidnappe les enfants… C’est qu’elle a un don pour le dessin et la rêverie ! Les années passent et Suzu, toujours un crayon à la main, devient adolescente ; les vagues prennent des allures de lapins bondissant au gré de la mer, subjuguant un ami triste de la perte de son frère. Et puis, sans changer vraiment de physionomie et d’allure, elle atteint 18 ans et est mariée à un inconnu. Elle doit quitter sa famille et se rendre à Kure, un important port militaire à 23 kilomètres de Hiroshima. Elle entre ainsi, en 1944, dans une famille étrangère et apprend à l’aimer et s’en faire aimer. Elle ne rechigne devant aucun effort, ne se rebelle pas non plus. Rien ni personne n’entame sa joie et son art de vivre. Mais la guerre augmente les difficultés. Le décompte des années devient celui des jours, inexorable, avant l’embrasement de Hiroshima.

Le film d’animation de Sunao Katabuchi est l’adaptation du manga de Fumiyo Kouno. Son réalisateur a collaboré avec Hayiao Miyazaki et Takahata. De ce dernier, il garde une certaine sentimentalité en demi-teintes sans atteindre le désespoir absolu du « Tombeau des lucioles ». Car c’est bien un film sur la guerre dans un recoin de ce monde. L’aspect documentaire y est très fouillé, notamment sur les deux villes Hiroshima et Kure avant et après la catastrophe, sur les conditions de vie de plus en plus difficiles avec les restrictions, le rationnement de nourriture mais aussi l’entraide et la chaleur humaine. S. Katabuchi est attentif aux moindres détails et gestes du quotidien comme l’était le grand cinéaste Ozu. Mais plus qu’une chronique de temps de guerre, le film est un véritable portrait de femmes. Suzu avec sa grâce, son côté rêveur et son acceptation d’un certain déterminisme y tient une place centrale. D’autres figures féminines en sont des contrepoints pas moins intéressants, comme sa belle-sœur Keiko qui a vu ses rêves brisés par la mort de son mari ou bien Lin, la prostituée au grand cœur.

Dans un recoin de ce monde prouve qu’un film à petit budget peut être fort riche et mérite amplement le prix du jury qu’il a reçu cette année au festival d’Annecy ! A voir et à revoir sans modération !

Camille DOUZELET

Dans un recoin de ce monde, Sunao Katabuchi, adapté de l’œuvre originale de Fumiyo Kouno, 2016, 128 minutes, sortie cinéma le 13 septembre 2017, sortie DVD le 8 janvier 2018, ESC Distribution.