LA FORTERESSE

Avinash ARUN signe avec « La FORTERESSE » un premier long métrage d’une grande qualité.

Chinmay, garçon de 11 ans vit seul avec sa mère. Il se voit contraint de quitter la ville où il vivait pour emménager dans le petit village où sa mère vient d’être mutée.

C’est un moment difficile à affronter pour lui puisqu’il devra s’habituer à une vie bien différente de ce qu’il connaissait et se faire de nouveaux amis. Enfant sage et doué à l’école, il va jouer de cet avantage pour créer des liens avec un groupe de quatre garçons pourtant très différents de lui…

Cette période délicate coïncidant justement avec le passage de l’enfant à l’adolescence, cette nouvelle expérience va aider Chinmay à grandir.

Ce film d’une grande sensibilité est un pur moment de grâce. La psychologie des personnages est fine et bien maîtrisée et l’on s’identifie facilement à chacun d’eux. L’histoire est simple et belle et l’on s’attache rapidement à Chinmay et à ses camarades. Grandir et affronter les tourments de la fin de l’enfance n’est pas chose facile surtout lorsqu’on est déraciné et que l’on doit affronter de nombreuses peurs. Le rythme est lent, certes, mais c’est pour mieux s’imprégner des émotions et de la beauté des paysages. On ne peut qu’espérer qu’ Avinash ARUN réalise d’autres films de la même qualité que La FORTERESSE.

ArteEDITIONS, 2016,

Ours de Cristal et Mention Spéciale Génération au 64ème Festival international du film de Berlin

En bonus dans le DVD, une version courte et une version longue.

 

Delphine Boutonnet