I LOVE YOU, SO I KILL YOU volume 1 de Majuro KANAME et Sousou SAKAKIBARA

Lycéen altruiste, qui n’hésite pas à s’occuper du jardin de son lycée, Taku Kamishiro a noué une complicité très forte avec Mika Hanazono, son amie d’enfance. La demoiselle, belle et énergique, a jusqu’ici éconduit beaucoup de prétendant, mais Taku redoute qu’elle finisse un jour par céder à l’un d’entre eux. Lui-même en est amoureux depuis longtemps et souhaite lui déclarer sa flamme, mais repousse inéluctablement l’échéance.

Un soir, Taku entend du bruit en bas de chez lui : un homme est en train d’agresser une femme. Alors qu’il tente de s’interposer, l’homme lui saute dessus, comme possédé. Le lendemain matin, il se réveille comme si tout ceci n’avait été qu’un mauvais rêve. Mais une chose a changé en lui… à chaque fois qu’il croise Mika, Taku n’a envie que d’une chose : l’assassiner violemment !

Tout juste après le « Je veux être tué par une lycéenne » d’Usamaru Furuya, les éditions Soleil continuent d’explorer le thème de l’amour et de la mort. I love you, so I kill you est un titre signé par   Majuro Kaname (au scénario) et Sôsô Sakakibara (aux dessins). Publié depuis 2015 chez Kôdansha, six tomes sont parus à ce jour au Japon.

Avec un synopsis aussi rude, surfant sur le thème de la contamination chère au genre des survival, on pourrait redouter le pire pour ce titre : il n’en est finalement rien. Kaname et Sakakibara font un véritable exercice de funambule, sur la frontière entre sentiments amoureux, pulsions sexuelles et réactions bestiales. Certes, nous n’échapperons pas à quelques représentations très graphiques des fantasmes meurtriers. Mais ces pulsions sont traitées comme des flashs, dans l’instinctivité de la violence et de la narration. Ainsi, le récit ne tourne jamais à la représentation nauséabonde, et préfère se concentrer sur les tourments de notre pauvre protagoniste. Taku appréhende rapidement les jaillissements qui l’habitent, et qui s’accompagnent d’un décuplement de sa force physique. Aussi, après un premier climax introductif, Taku décide de mener avant tout un combat contre lui-même, jouant ainsi avec ses nerfs, et ceux du lecteur au passage.

Cependant, le récit tournerait court s’il se contentait de cela. Aussi, l’on découvrira que Taku n’est pas le seul atteint par ce mal étrange. Et lorsque l’on fait le lien avec les nombreux courtisans de Mika, la suite s’écrit toute seule. On pourra regretter que les péripéties s’enchaînent un peu trop facilement, et craindre que la principale protagoniste ne soit rapidement réduite qu’à un rôle de demoiselle en détresse. Mais malgré cet écueil, la recette fonctionne, du moins dans le cadre de ce premier volume ; et son cliffhanger finira par nous convaincre de s’intéresser à la suite ! Une bonne petite surprise, donc.

Alain Broutta

I LOVE YOU, SO I KILL YOU (Konya wa Tsuki ga Kirei Desu ga, Toriaezu Shine) volume 1 de Majuro KANAME et Sousou SAKAKIBARA (2015)

Thriller/Suspens, Japon, Soleil Manga – Seinen, janvier 2018, 176 pages, livre broché 7,99€