1er Lyon J-Music Festival : le reportage

31 mai 2008, 17h. Les premiers arrivants se font déjà pressants derrière les portes du C.C.O. de Villeurbanne qui s’apprête à accueillir la première édition du J Music Festival. Cette manifestation co-organisée par l’association Asiexpo et le tourneur J-Music Live consistera en une scène où se succéderont cinq groupes japonisants et japonais, pour le plus grand plaisir des 200 visiteurs présents.

17h20, alors que la salle commence à être bien remplie, le groupe Mochi H fait son entrée en scène. Oreilles de lapin, bandeau de pirate ou robe au masculin, le groupe prend place avec les accoutrements qui le caractérisent, prêt à chauffer la salle. Mission réussie haut la main. Avec ses textes rigolos, ses costumes kitsch et son énergie à revendre, le groupe a largement convaincu un public impatient et exigeant.

Après cette réjouissante mise en bouche, c’est au tour du groupe Atomsk. Difficile tâche que de remplacer au pied levé le groupe Gari. Quasi-inconnus avant leur prestation, – c’était leur deuxième concert – les cinq membres du groupe n’auront laissé personne indifférent. Ils nous ont installés à bord d’un vol un siècle plus tôt, nous captivant pendant près d’une heure de show assurée de main de maître. Les jeunes musiciens, de par leurs accords mélodieux et leur habile mise en scène, ont transporté le public dans un tout autre univers, mystique, obscur et envoûtant.


Yaneka

C’est ainsi que s’achève cette première édition du J-Music Festival. Mais pour la partie scénique uniquement, car tous les groupes attendent désormais les spectateurs aux stands à l’entrée du C.C.O. pour des séances de dédicace. Les fans ont pu approcher de très près les idoles qu’ils avaient admirées sur scène quelques instants plus tôt. Les groupes sont restés jusqu’à ce que tous leurs admirateurs soient comblés. Chacun a pu repartir ravi, des souvenirs pleins les yeux et les oreilles. C’est ça aussi la magie du J-Music Festival.

Rendez-vous est pris pour la seconde édition l’an prochain !

photos de Maxime Roccisano
Lyon, 4 juin 2008

Pays : Japon

Gaëtan Margirier