Le dernier jour de Banana Yoshimoto

Cette fois, Banana Yoshimoto nous fait voyager dans de nouveaux paysages. Nous sommes en Amérique Latine. Mais le paysage humain est celui de ses précédents livres. Sept nouvelles pour nous emporter avec une japonaise en Argentine, quelles que soient les raisons qui l’y ont conduite ; elle se sent en insécurité, connaît Eva Peron avec le visage de Madonna (” pourquoi avoir vu un aussi mauvais film ? “).
Ces voyages, qui sont de courts moments de vie, évoquent une amie d’enfance, une mère éprise d’un peintre, un mauvais coup joué par une femme jalouse, la douceur de vivre avec quelqu’un qu’on n’est pas sûr d’aimer. On rêvasse, on panse ses blessures. La végétation, la chaleur, les ruines, les rues colorées, tout est prétexte à laisser revenir à la mémoire de la narratrice Histoire, histoires et sentiments.

Chaque nouvelle s’achève sur un ton nostalgique, presque désabusé, mais souvent interrogateur, qui nous laisse impatient de découvrir la suivante. De rêvasseries, elles deviennent réflexions.

Éditeur : Philippe Picquier

Pays : Divers

Catherine Ris