Cinderella boy de Tsuneo Tominaga

Ce mois-ci, un nouvel éditeur fait son apparition dans cette chronique : il s’agit de Mabell, un label qui existe depuis 1 an déjà et qui propose dans son catalogue des titres appartenant à des genres très différents. Voir leur site : www.mabell.fr
A Kirin, capitale mondiale du crime, deux détectives Ranma et Rella au caractère diamétralement opposé ont ouvert une agence appelée “R & R”. Lors d’une enquête difficile, nos deux héros sont victimes d’un terrible accident de voiture aux conséquences bien insolites. Ils se retrouvent affectés de ce qu’on pourrait nommer le “syndrome de Cendrillon”. Au douzième coup de minuit ils échangent leurs corps et personnalités ce qui est à l’origine de situations cocasses et parfois périlleuses.

Au premier regard de cette série de 13 épisodes, on reconnaît immédiatement le style singulier du mangaka Monkey Punch très connu en France grâce au personnage de Lupin III, alias Edgar de la Cambriole. D’ailleurs, Ranma et Rella sont les clones respectifs d’Edgar et Fujiko (Magali). L’histoire fait manifestement référence à Ranma 1/2 de Rumiko Takahashi avec notamment le thème de la transformation homme / femme. Mais cette série n’est pas exempte de défauts. D’abord, elle peine à décoller et il faut attendre le second DVD pour que la trame gagne en dynamisme et intérêt. Ensuite l’animation n’est pas toujours du meilleur niveau avec des décors parfois très pauvres. Mais les personnages sont foncièrement attachants, et si vous ajoutez à cela une bonne dose d’humour et un brin d’érotisme, on obtient une série parfaitement sympathique.
Mabell nous offre ici un emballage attrayant : édition soignée (coffret digipack 3 DVD), menus et chapitrages originaux et ludiques. Bonus : bandes annonces de l ‘éditeur, galeries d’images, fiches sur les personnages. En conclusion, Cinderella Boy est destiné aux nostalgiques de Lupin III mais aussi aux fans d’ambiance néo rétro et jazzy.

Éditeur : Mabell

Pays : Japon

Missiane Bonnegrace