• Home
  • /Chroniques tous
  • /bd
  • /Geisha ou le jeu du shamisen (1ère partie) de Christian Perrissin et Christian Durieux chez Futuropolis.
Geisha ou le jeu du shamisen (1ère partie) de Christian Perrissin et Christian Durieux chez Futuropolis.

Geisha ou le jeu du shamisen (1ère partie) de Christian Perrissin et Christian Durieux chez Futuropolis.

Japon, 1912, la petite Setsuko a 8 ans quand elle quitte avec ses parents et sa sœur son village pour la grande ville côtière, dernier espoir d’une vie meilleure. Son père est un samouraï déchu qui oublie sa ruine dans les vapeurs d’alcool tandis que sa mère est une éternelle servante. C’est pour la soustraire à sa misère qu’il l’emmène un jour dans l’Okiya Tsushima. La patronne, Mme Tsushima l’a achetée à son père et peut ainsi en faire ce qu’elle veut. A partir d’un apprentissage de base qui va du ménage jusqu’à la pratique de la danse et de la musique en passant par un enseignement scolaire rudimentaire, Setsuko commence une nouvelle vie. A travers ses yeux le lecteur découvre le fonctionnement d’un Yakata, lieu de vie et d’enseignement des apprenties geishas. Au fil de ces travaux et apprentissages, Setsuko devenue Kitsune (la renarde) se découvre une vocation pour le shamisen, sorte guitare à 3 cordes et ses dons sont développés par une antique professeure : Mme Yoda. On la suit ainsi, dans cette 1ère partie, jusqu’à la veille de sa cérémonie pour devenir maiko (apprentie geisha).
Christian Durieux s’est inspiré du cinéma des années 30 avec un noir et blanc épuré, des cadrages variés, malgré cette vie presque toujours cloîtrée. Les gris et les ombres dominent dans les rues et derrière les paravents. Le tout est d’un style classique qui rend bien compte d’un certain raffinement, mais aussi et surtout, dans ce 1er tome, de l’envers du décor : rien n’est gratuit pour ces petites ou jeunes filles, la patronne telle une mère maquerelle, a l’œil sur tout, compte tout et ne laisse rien passer ! A travers son récit, Christian Perrissin parvient bien à nous rendre la dureté du milieu où chaque moment de vie est déjà prédéfini, mais aussi la délicatesse dans l’apprentissages des arts. La découverte du Shamisen est encore l’entrée pour Kitsune dans une nouvelle vie vers la beauté qui pourra lui faire surmonter la dureté du quotidien.

On attend la deuxième partie pour suivre notre maiko.

Camille DOUZELET

Geisha ou le jeu du shamisen (1ère partie) de Christian Perrissin et Christian Durieux, 88 pages, éditions Futuropolis, avril 2017, 19€.